Réaliser un cadre photo numérique connecté – Montage

J’avais écris dans un billet précédent sur mon idée d’avoir un cadre photo numérique connecté afin d’afficher les photos que je veux dessus. Si vous ne l’avez pas lu, je vous laisser aller faire du rattrapage ici.
Après avoir parlé de l’idée et du matériel nécessaire au projet, on va maintenant passer au montage pour donner une idée un peu plus claire de la difficulté du projet. Sans avoir trop de connaissance en informatique on peut se débrouiller, mais c’est vrai que ça peut un peu aider (puis au pire je suis là, il suffit de poser des questions 😉 ). Et si vraiment ça vous parle pas du tout, vous pourrez toujours regarder les photos du montage du cadre :p

Personnellement, j’ai commencé le projet en achetant le Raspberry Pi avec son alimentation et la carte micro-SD, parce que même sans avoir le reste, je pouvais déjà faire quelques essais sur le projet en branchant le système sur un écran temporaire en HDMI. Mais vous pouvez très bien tout acheter d’un seul coup ou commencer par l’écran, c’est vous qui maitrisez du moment que vous avez tout le matos à la fin :p


Installation du système

Je préviens d’avance, je vais être assez light sur les explications de l’installation tout simplement parce qu’il existe déjà des tutos très bien écrits sur ces sujets, et que ça ne me servirait pas vraiment de les ré-écrire. Désolé pour les personnes pas très techniques ou non-anglophones, mais ne prenez pas peur, ce n’est pas si compliqué 🙂

Tout d’abord, il va falloir installer un système d’exploitation sur la carte micro-SD du Raspberry Pi. En effet, lorsque vous achetez cette carte, elle ne possède rien dessus, et sans système, le Raspberry ne peut pas démarrer. Afin de réaliser ce projet, j’ai décidé d’utiliser la distribution Raspbian. C’est un système basé sur Linux et Debian, et c’est le système officiel de Raspberry, donc ça fonctionne niquel avec ça.

Pour faire l’installation, on branche déjà la carte micro-SD sur le PC, et on télécharge NOOBS qui se trouve sur cette page. L’avantage de NOOBS, c’est qu’il va nous permettre de sélectionner Raspbian à l’installation parmi toutes les distributions proposées, et il va l’installer tout seul, comme un grand. Une fois téléchargé, il faut décompresser l’image obtenue pour la mettre sur la carte micro-SD. Les explications se trouvent également sur le site de Raspberry, et c’est très bien expliqué.

Voila, on a maintenant une carte avec un système d’exploitation dessus ! Enfin pas vraiment. Pour finir l’installation, il faut maintenant insérer la carte dans le Raspberry et le démarrer. Pour le démarrer et faire les différentes manipulations, vous devez raccorder un clavier et une souris, un câble HDMI avec une TV ou tout autre écran qui vous permettra de visualiser ce que vous faites, et puis le câble d’alimentation.
Lors du premier démarrage, ce sera NOOBS qui se lancera, et vous pourrez alors demander à installer Raspbian. L’installation peut prendre un petit peu de temps, donc allez vous faire un petit café/thé pour la suite, ça peut servir 😉

Félicitations, vous avez fini l’installation du système d’exploitation !

Maintenant, il faut créer le script qui permettra de lancer le diaporama de vos photos. Rassurez-vous, je vous ai fait un script qui fera toute l’installation tout seul 😉

Petit avertissement pour ceux qui utiliserait mon script sur un système autre qu’une Raspbian toute propre : le script s’occupe de nettoyer un peu les logiciels qui prennent de la place et qui ne nous servent pas. Si vous utilisez votre système pour autre chose, regardez l’intérieur du script pour vous assurer de ce qui est fait.

Pour l’installation, on va utiliser le terminal. Une fois ouvert, tapez les commandes suivantes :

git clone git@github.com:HitoTech/PhotoFrame.git
cd PhotoFrame
sudo ./system_init.sh

Dans le détail, ces commandes permettent de récupérer mon projet, puis on lance ensuite un script qui s’occupe de configurer le système : nettoyage des logiciels inutilisés, mise à jour du système, installation des librairies utilisées pour le diaporama, et faire en sorte que ce diaporama s’exécute directement au démarrage du système.

Plus interessant pour vous, le script a également créé un dossier appelé “pics” dans /home/pi. C’est dans ce dossier qu’il faudra mettre vos images pour qu’elles soient prises en compte dans le panorama.
Pour faire ça, vous avez plusieurs solutions. La plus simple sera surement de brancher une clé USB contenant les photos sur le Raspberry Pi, puis de faire un copier coller des photos dans le dossier “pics”.
Pour les plus expérimentés d’entre vous, vous pouvez également faire un dossier partagé entre votre NAS/ordinateur et le Raspberry. Je ne ferai pas la démonstration dans ce tuto, mais c’est la solution que j’ai retenu, et vous trouverez les commandes pour le faire sur mon projet GitHub dans la partie Bonus 🙂

Voila, c’est tout pour la partie système. On a un système d’exploitation installé, les photos sont sur la carte, et le système est configuré pour lancer le diaporama tout seul au démarrage, on a rien a faire de plus.


Montage de l’écran

C’est l’heure du montage ! Comme je l’ai expliqué dans l’article précédent, j’ai récupéré un pc portable en panne mais dont l’écran fonctionnait encore. J’ai donc démonté toute la coque afin de recupérer la dalle LCD avec son connecteur :

Comme on peut voir derrière, la référence de l’écran est B156XW01 V.1. J’ai été chercher cette référence sur eBay en tapant “controller board B156XW01 V.1”, et je suis tombé sur une annonce qui collait parfaitement. La livraison a été assez longue puisque cela venait de Chine, mais je l’ai bien reçu après plusieurs semaines :

A gauche, le bloc d’alimentation. Au milieu, la carte mère qui gère l’affichage. En bas à droite, les contrôles (allumage, chaine, etc.). Tout a droite, le voyant d’alimentation.

La première chose que j’ai fais, c’est de tester si je pouvais allumer l’écran avec. J’ai relié la petite broche jaune de la photo du dessus sur le cadre, j’ai raccordé la broche d’alimentation du cadre sur le bloc d’alimentation, et j’ai raccordé le tout sur l’alimentation électrique. Verdict :

It’s alive!

Bon, pour le moment, ça ressemble pas à grand chose, mais au moins, ça fonctionne. Pour faire l’essai jusqu’au bout, j’avais branché le Raspberry sur la prise HDMI, lancé le script de la galerie, et hop, j’avais bien mes images qui défilaient sur l’écran. Puisque tout ça fonctionnait correctement, c’est l’heure de faire le montage définitif !

Concernant le cadre, je suis parti sur un cadre en aluminium Nielsen. L’avantage, c’est qu’on peut choisir la taille au centimètre, le design, la couleur, et glisser le cadre dedans tout en renfermant l’ensemble avec des vis. Voici ce que cela donne à l’arrière d’une cadre :

Pour que le tout tienne bien dans le cadre, et que la dalle soit bien calée dedans, j’ai ajouté une couche de polystyrène à l’arrière :

J’ai fais un trou à l’arrière pour laisser passer la broche d’affichage.

Oui, c’est très moche. Mais j’ai fais avec les moyens du bord en attendant de faire mieux. Mais au moins, comme je le voulais à la base, tout tient à l’arrière, et on ne voit rien, a part les câbles d’alimentation.

Et voici le résultat final :

Conclusion du projet

J’ai mis énormément de temps à finir d’écrire cet article (pour certaines raisons), et cela fait maintenant 1 an que j’ai réalisé ce cadre. Cela fait 1 an qu’il tourne parfaitement, et je suis satisfait du résultat. Pas complètement parce que j’aimerai améliorer certaines choses dessus, mais si on prend les points que j’avais énoncés dans le premier article, cette version fait bien ce que j’en attendais.

L’affichage peut tourner H24 sans avoir de bug. Je peux le mettre régulièrement à jour, que ce soit au niveau du système, ou des photos stockées dessus. Et le plus important, c’est qu’il sert vraiment donc ce n’était pas un projet inutile 😀

Maintenant, je vois quand même quelques trucs qui pourraient être améliorés. Actuellement, il y a 2 blocs d’alimentations : un pour la dalle, et un autre pour le Raspberry. J’aimerai acheter un bloc convertisseur de courant afin de raccorder les deux dessus. Ainsi, un seul bloc d’alimentation suffirait.

J’aime bien le cadre que j’ai acheté, mais j’ai mal calculé pour l’épaisseur des bordures. Je ne voulais pas qu’une partie de la dalle soit cachée, et donc j’ai pris un cadre aux bordures assez petites. Trop petites… Du coup, on voit un peu les bordures argentées de la dalle. Dans la vie de tous les jours ça ne se remarque pas trop, mais c’est un détail que j’aimerai améliorer dans une prochaine version.

Concernant les images, le but du projet initial était d’aller chercher les images sur le NAS sans avoir à rien faire. Malheureusement, soit mon réseau est trop lent, soit l’indexation des images est trop lente, soit les images sont trop lourdes, et cela fait planter le script de visionnage. J’ai donc du faire un compromis en copiant des photos sur la carte SD du Raspberry. Ce n’est pas forcément un mauvais choix car cela me permet de choisir ce qui s’affiche et de redimensionner les photos à la taille du cadre, c’est juste moins automatique que ce que j’imaginais.

Et la dernière modification que j’aimerai apporter, ce serait de changer le système de visionnage. Je passe ici par une librairie Linux qui fait bien l’affaire, mais je n’aime pas trop l’espace perdu en bandes noires sur les côtés. J’aimerai donc réaliser une visionneuse web qui chargerait les photos sur le côté de l’écran, et afficher des informations sur l’autre côté comme la date, les prochains événements du calendrier ou encore la météo.
Ce n’est pas un projet impossible, mais cela prend beaucoup plus de temps que la version actuelle.

Voilà, j’ai enfin terminé cet article, et j’espère que cela vous aura donné envie de le réaliser aussi chez vous. En tout cas, si vous avez des questions sur des parties que j’aurai pu oublier, n’hésitez pas 🙂

Laisser un commentaire