[Floride] Jour 10 : Un petit bout de paradis sur Terre – Partie 1

Après une journée et une nuit agitée, j’ouvre définitivement les yeux sur les coups de 7h45 ce mercredi 11 novembre. Quelques rayons de soleil percent à travers le salon. Je ne me rappelle pas vraiment de ce qu’il s’est passé la veille, mais mon premier réflexe, c’est de regarder ma jambe. Ouf, la couleur n’a pas changé, et au touché, j’ai un tout petit peu moins mal.

J’appréhende un peu le moment où je vais me remettre debout, mais au final, ça se passe sans soucis. J’ai mal certes, mais c’est largement surmontable.
Direction le balcon, où j’imagine voir notre bateau voguer vers Castaway Cay, mais quelle n’est pas ma surprise de découvrir que nous sommes déjà à quai.

L’île s’étend sous nos yeux, illuminé par un beau soleil trônant dans un ciel presque sans nuages. C’est une très belle journée qui s’annonce et ça me donne directement le sourire.

Une fois n’est pas coutume, j’étais toujours en train de faire dodo pendant ce temps là. J’ai du me réveiller un peu après Elia.

Alors que je retourne dans la cabine, le téléphone sonne. C’est à nouveau Port Adventures. Ils souhaitaient savoir comment s’était passée la nuit, et ce que nous avions l’intention de faire : rester sur le navire, ou descendre quand même sur l’île. Je me sens bien et leur indique donc que nous descendons, mais que si jamais ça n’allait pas, nous reviendrons.
Puis, nous nous préparons, et à 8h30, nous sommes au Cabanas pour prendre un bon petit déjeuner avant d’aller à la découverte de cette île qui nous semble merveilleuse. Le buffet est fourni, comme toujours, et c’est avec beaucoup d’appétit que nous ferons notre choix dans tous les plats offerts.

Ayant pas mal faim, je me ferai plaisir en prenant un peu de tout, accompagné de jus d’orange.

Mon homme quant à lui restera assez soft.

Vous noterez surement les lunettes. Aujourd’hui, pas de plongée, donc pas de lentilles à mettre ! Je suis libre ! 

On mettra une heure entière à manger. Nous n’avons pas voulu nous précipiter, surtout après les émotions de la veille. De toutes façons, l’île n’allait pas s’enfuir, donc rien ne servait de courir (de toutes façons j’aurais pas pu xD ).

Mot d’ordre du jour : farniente et un minimum d’effort. Si quelque chose ne va pas, on rentre et c’est tout. 

A 9h30 donc, nous quittons le Dream pour rejoindre la terre ferme. Je marche très lentement du fait de ma jambe, mais cela ne dérange pas Mickaël qui est d’une patience et d’une compréhension incroyable.

Le soleil tape fort déjà, et je suis bien contente d’avoir un chapeau sur moi. Alors que je suis toujours impressionnée par la grandeur du bateau vu d’en bas, je constate rapidement que des personnages sont présents pour saluer les guests avant qu’ils ne partent sur la plage. Nous croisons d’ailleurs Mickey et Dingo qui feront les pitres pour amuser les passagers avant que Mickey ne grimpe dans sa voiturette.

C’est l’occasion de prendre une photo avec Stitch qui n’est pas trop assailli, et nous en tirons parti.

Le personnage suivant est Daisy, mais lorsque nous arrivons finalement au niveau de la queue (je rappelle que je suis en mode « tortue »), le CM nous dit que la queue est fermée, mais qu’elle sera remplacée par Donald dans un quart d’heure. Ça ne me tente pas trop et nous décidons donc d’avancer.

Un quart d’heure sous ce soleil en étant tout habillés, c’est assez compliqué. Il faisait bien dans les 28-30 degrés à l’ombre, donc j’imagine même pas ce que ça donnait au soleil. 

Nous avons bien fait, car quelques mètres devant, nous tombons sur Jack Sparrow et sommes les derniers à être autorisés à rentrer dans la file d’attente. Il n’y a pas beaucoup de monde devant nous, donc ça avance assez vite. L’avantage d’être les derniers, c’est que Jack passera plus de temps avec nous. Il nous demandera d’où on vient, et quand on lui répondra la France, il essayera de parler en français. On rigolera un bon moment avec lui.

Puis, on se remet en route, tout en admirant la végétation et le décor qui s’offre à nous. Le Dream, avec le bleu du ciel est magnifique, ces couleurs sont éclatantes.

La végétation est bien fournie et Disney a parsemé le tout de pleins de petits détails qui rentrent parfaitement dans le décor.

Nous allons jusqu’à l’arrêt de tram où nous attendons à l’abri du soleil pour nous rendre dans un premier temps à « Pelican Point ».

Pour vous donner une idée de la taille des lieux, il y a deux lignes de tram sur l’ile. La première a 3 arrêts : « l’entrée » du bateau (qui se trouve quand même loin), la première partie de la plage, et la deuxième partie de la plage qui est Pelican Point. La deuxième ligne quant à elle part de Pelican Point. Direction : le paradis sur terre. 

Ce sera une halte assez rapide puisque nous y allons juste pour récupérer notre pack offert par la DCL en dédommagement pour l’accident de la veille : des bouées.

A la base, nous avions payé un pack contenant un kit de snorkeling, ainsi que des bouées. Dans sa grande seigneurie, pour s’excuser de l’incident de la veille, Port Adventures nous a fait un upgrade !
Nous avions donc toujours droit au kit et les bouées, mais en plus, nous avions… 2 heures de vélo offerts !
Si cela ne vous a pas encore sauté à l’esprit, Elia s’est fait mordre à la jambe la veille et traîne un peu la patte. Et on se fait offrir des vélos 😀
Bon, l’avantage c’est que même si on ne se servira pas des vélos, les packs nous ont été remboursés intégralement. 

Pendant que Mickaël fait la queue, moi je découvre cette partie de l’île, avec notamment la petite partie Frozen avec Olaf et Oaken. Il y a « Let It Go » qui tourne en boucle, et le CM qui est en accueil à l’air tellement ravi que tu ne peux que compatir à son désarroi xD.

J’avance un peu, et quand je vois le monde qu’il y a déjà sur la plage, je prends un peu peur, surtout à cause du bruit en fait. J’avais hésité au départ à cause de ma jambe, à rester là pour pas avoir trop à marcher, mais on m’a tellement vanté les mérites de « Serenity Bay » que j’ai vite retrouvé la raison et me suis auto-convaincu qu’on ne reste pas là. Tant qu’à faire, autant profiter du fait que nous soyons sans enfants. Je trouve qu’il y a trop d’agitation à Pelican Point.

Il y avait d’ailleurs ce jour là un couple qui se faisait prendre en photo par le staff de la DCL, je suppose qu’ils étaient en voyage de noce.

Je repère également sur un coin de la plage le même type de fauteuil « flottant » qui avait été utilisé la veille pour me sortir de l’eau. Ça m’a fait des frissons dans le dos d’en revoir. La veille, on avait été impressionnés lorsqu’on l’avait vu avant l’interaction, et ce n’est qu’après l’accident qu’on a compris pourquoi ce fauteuil était différent des fauteuils roulants classiques.

Les bouées récupérées, nous reprenons le tram, cette fois-ci pour rejoindre Serenity Bay, LE petit bout de paradis de l’île.

Lorsqu’on est dans le tram pour Serenity Bay, pour la première fois, on ne se doute pas une seconde de ce qui nous attend. Le Tram nous dépose à un endroit où on ne soupçonne pas une seconde ce qui va nous attendre. Il faut dire que la végétation généreuse cache bien la plage.

Pour ceux qui ne connaissent pas, Castaway Cay possède 2 plages : la « Castaway Family Beaches », et Serenity Bay. L’avantage de celle-ci ? Pas d’attractions, pas de boutiques, et surtout, pas de bruit, car elle est réservée au plus de 18 ans 😀
C’est pour cela qu’il y a 2 trams, uniquement les adultes peuvent monter dans celui qui mène à Serenity Bay. 

Aussi, lorsqu’on emprunte le chemin qui nous emmène devant l’océan, on ne peut que rester sans voix devant la beauté du paysage qu’on découvre alors.
Une eau d’un bleu chatoyant et d’une clarté incroyable nous appelle, avec une brise légère qui nous caresse le visage tout en nous faisant sentir l’odeur si particulière de l’océan.

Même moi qui ai du sang antillais et qui ai donc fait assez souvent la Martinique et la Guadeloupe, je n’ai pas souvenir d’avoir vu une eau aussi claire.

Moi je suis Normand, et à part l’eau de la Manche, j’en ai pas vu beaucoup. Je vous laisse imaginer que c’est pas le même délire 😀 

Pas besoin de se battre pour trouver un transat, il y en a plein de disponible, et surtout, c’est très très calme. On entend que le bruit des vagues qui viennent s’écraser sur le sable.

Nous repérons une place qui nous semble correcte et y posons nos affaires. Mickaël trépigne, mais avant de le lâcher, je le tartine de crème solaire. Oui, j’étais en mode gamin à ce moment là, et je l’assume 😀 
Et nous voici déjà à quelques pas de l’eau. Les premières vagues viennent cogner sur nos chevilles, et là, c’est le bonheur absolu : la température de l’eau est parfaite, ni trop fraiche, ni trop chaude.

Pas comme les piscines pas chaudes de Walt Disney World ;D 

C’est un véritable bonheur de pénétrer dans cette eau translucide, où on peut voir des poissons nager tranquillement juste devant nous.

Moi je reste juste subjugué par la clarté de l’eau. Même en étant debout, avec l’eau au niveau des épaules, je peux voir mes pieds et le sable qui s’envole sous mes pas. 

On barbotte dans l’eau un bon moment, en profitant un maximum, d’autant plus que dans l’eau, je ne sens pas du tout ma blessure et donc ça me permet vraiment de me détendre.

Ma mère m’a toujours dit que l’eau de mer avait des vertus sur les blessures, et elle avait bien raison.

C’est aussi une des raisons pour laquelle on a fait le trajet jusque là. On s’est dit que dans l’eau, cela devrait être moins lourd et douloureux. Mission réussi pour le coup 🙂 

Nous sommes ressortis de l’eau pour se mettre sur les transats, et autant dans l’eau je marchais sans peine, autant à chaque pas sur le sable, je peinais. Mais ce n’était pas bien grave vu qu’il n’y avait pas une grande distance à faire.
Je re-tartine mon homme de crème avant qu’il ne se mette au soleil pour bronzer, et moi, je reste bien tranquillement à l’ombre.

Un des CM du bar passe faire le service, et nous en profitons pour commander des cocktails : un Smoothie aux fruits rouges pour Mickaël, et un Mango Mojito pour moi. Ça nous a couté $16,50, service compris.

Dès qu’Elia a demandé un mojito au serveur, j’ai directement regretté mon choix. Mon cocktail était très bon, mais rien ne bat un mojito en bord de plage avec du soleil !

Pour savourer nos cocktails, nous décidons de prendre des chaises et d’aller les mettre dans l’eau pour profiter également du soleil sans avoir trop chaud. Je pense que c’est l’une des choses qu’on a le plus apprécié, être assis dans l’eau, comme ça, tranquillement, en admirant la clarté de l’eau.

On était pas les seuls à le faire d’ailleurs. C’est tellement agréable d’avoir tout en même temps qu’on ne se prive pas pour le faire !

Une fois les cocktails finis, on quitte nos chaises, mais pour nos bouées, en se laissant porter par le courant.

Elia était moyennement rassurée en me voyant assis dans la bouée, mais dès qu’elle l’a essayé sur mon insistance, elle l’a adopté direct ! Il reste plus qu’a fermer les yeux et se laisser bercer.

Laisser un commentaire