[Floride] Jour 9 : Au coeur des Bahamas – Partie 1

Mardi 10 Novembre, il est 7h45 quand j’ouvre les yeux. A côté de moi, Mickaël dort toujours, imperturbable, mais moi, impossible de rester couchée. Je bondis du lit et passe le rideau de séparation lit/canapé pour me précipiter sur le balcon. Un ciel bleu avec quelques moutons nuageux. J’apprécie d’entendre le bruit de l’océan dont les vagues viennent buter sur notre paquebot.

Je profite seul de ce moment si paisible, si calme, quand au loin, on commence à apercevoir la silhouette du très imposant hôtel Atlantis de Nassau.

Finalement on s’en rapproche assez rapidement, et lorsque Mickaël finit par se réveiller, on a clairement entamé l’amarrage.

Perso, j’avais même pas capté qu’Elia s’était déjà levée… Donc quand je l’ai rejointe, j’ai eu la surprise d’apprendre qu’on était déjà arrivés, et qu’on voyait la plage de l’autre côté. 

Nous sommes à la capitale des Bahamas, et déjà, des eaux turquoises nous accueillent.
Pendant que je suis en plein émerveillement, Mickael lui est en train de lutter dans la salle de bain pour pouvoir mettre ses lentilles de contact, indispensable pour pouvoir profiter pleinement de notre attraction du jour. Il finit par m’appeler à la rescousse, ce qui m’aidera à quitter ce paysage, car sinon, j’aurais pu rester là un long moment.

Pour information, je n’ai jamais porté de lentilles de ma vie. J’ai seulement pu commencer à faire les tests de lentilles un mois avant notre départ, et l’opticien m’avait assuré qu’il y avait largement le temps de faire les essais puis de passer commande dans ce laps de temps.
Mes yeux sont compliqués pour trouver des lentilles adaptées, donc ce qui devait arriver arriva : il a fallu commander plus de 3 jeux de lentilles de tests, pour qu’a chaque fois on me dise que ça n’était pas ce qu’il fallait, et que je n’obtienne pas mes lentilles avant le départ… On y a été le dernier jour avant le départ, ça n’était pas là, donc il fallait faire avec la dernière paire du dernier jeu de lentilles que j’avais obtenu.

Avec des lentilles de tests, le peu de temps d’adaptation, mes yeux qui ne voulaient pas prendre les lentilles, et le temps qui défilait le matin, j’ai commencé à paniquer en mettant mes lentilles, au point que je commençais à pleurer en appelant Elia pour qu’elle m’aide…

Le temps de se préparer ainsi que de finir de faire notre sac, il est déjà 8h45 quand nous quittons notre cabine pour aller prendre le petit déjeuner.

Comme conseillé la veille, afin de pouvoir découvrir le Royal Palace, nous avons choisi d’y prendre notre petit déjeuner ce matin là. C’est un petit déjeuner à table qui nous est servi. On est accueilli par un premier Cast qui nous demande si ça nous dérange d’être installés à une grande table, car il n’avait plus de table pour deux. Comme nous disons non, il nous conduit à une grande table de huit où nous sommes installés à une extrémité. A l’autre extrémité de la table, un autre couple sera installé un peu plus tard. Au final, on ne sera même pas dérangés par leur présence. J’étais curieuse de découvrir ce restaurant, moi qui adore les princesses, je pensais que ça serait celui qui me plairait le plus. La première chose que je remarque ce sont les lustres au plafond. Très imposants.

J’ai également bien aimé le fait que les chaises aient toutes un détail différent rappelant une des princesses. Mais à part ça, je n’ai pas spécialement accroché. Je sais pas si c’est la disposition en cercle qui ne m’a pas séduite, mais j’en garde pas un souvenir intarissable.

Le serveur nous apporte la carte et nous laisse le temps de la découvrir. Pendant ce laps de temps, il va nous chercher nos boissons chaudes, thé et café comme toujours, ainsi qu’un verre de jus d’orange.

J’opterai pour un « Express » (œufs brouillés, jambon grillé, bacon, saucisse) tandis que Mickaël prendra un « Traditional Egg Benedict » (muffin anglais, œufs pochés bacon). C’était bon, pas trop copieux (juste ce qu’il fallait pour caler assez jusqu’au déjeuner).

Nous avons, en plus de nos assiettes, droit à une assiette de pâtisseries.

Je garde pas un énorme souvenir de ce resto non plus. La salle est jolie, mais j’en ai préféré d’autres. Par contre, comme le dis Elia, le repas était bon, juste ce qu’il fallait pour un petit déjeuner. 

A la fin de notre repas, nous décidons de retourner dans la cabine. Sur la route, on croise le « Princess Gathering » dans le hall.

Ça donne un peu de rêve de voir les princesses rencontrer les petites filles là.

Une fois dans la cabine, nous nous asseyons sur le balcon, pour souffler un peu. On observe le paquebot d’en face, qui possède en guests stars, Monsieur et Madame Patate, qu’on peut apercevoir au sol pour saluer les guests. Mais personne ne semble leur accorder de l’importance.

Monsieur et Madame Patate quand même, excusez du peu ! (Enfin ils devaient pas être exceptionnels pour que personne n’aille les voir quand même…)

On ne reste cependant pas longtemps. On signe la décharge pour notre activité, et nous ressortons, pour aller sur le pont 11, dans la zone adulte, afin d’avoir une meilleure vue sur Nassau. J’en profite pour shooter un peu cette zone du bateau que nous découvrons au même moment. Elle est superbement aménagée.

La zone est très calme, on se demande presque où sont passés les autres passagers du navire.

Cela dit, nous en profitons pleinement, à observer Nassau de loin.

Nous retournons ensuite dans la zone adulte couverte, où le jacuzzi nous fait bien envie.

Mais nous ne nous arrêtons pas, car il est l’heure pour nous de nous rendre au « D Lounge », le point de rassemblement pour le départ de notre excursion.

Et de toutes les autres excursions par la même occasion 🙂

On découvre par la même occasion une salle grande et très jolie. Il est quand même fou d’imaginer qu’autant de salles soient présentes sur un bateau.

On s’installe et attendons un peu, jusqu’à l’arrivée d’une CM qui nous distribue des autocollants différents en fonction de l’activité réservée. Nous avons droit à un autocollant violet à l’effigie de Timon.

Puis, nous récupérons les bracelets d’identification auprès de la CM qui les distribue.
Le temps d’expliquer comment tout va se passer, et nous prenons la route pour sortir du bateau, en piquant au passage deux serviettes, car nous allons être mouillés.

La sortie se fait tranquillement. On se sent tout petits lorsque nous sommes si proche du Dream à quai.

Le bateau d’à côté est déjà énorme, mais le Dream l’est encore plus. Au point que lorsque l’on était en haut pour admirer Nassau, on pouvait en voir le dernier étage avec les piscines ! 

Puis, nous nous mettons dans la file, afin d’embarquer dans notre bus, à la découverte d’Atlantis.

Nous partons donc à la découverte d’Atlantis, ce mastodonte d’hôtel, si impressionnant. Un hôtel qui semble être un symbole de démesure.
Notre guide est un bahamien, assez sévère, qui ne veut pas perdre du temps. Tout notre petit groupe le suit bien en ordre, comme des petits écoliers.
Nous montons à bord d’un bus, qui nous mènera aux portes de l’hôtel. Lorsqu’il démarre, je suis un peu gênée par cette cohabitation luxe-pauvreté. Pour être tout à fait honnête, pendant toute la traversée de la ville, j’ai eu l’impression d’être revenu dans mon pays d’origine.

L’hôtel de ville est beau, mais on sent clairement que les gens dehors ne roule pas sur l’or.
J’essaye toutefois de ne pas trop me laisser envahir et de me replonger la tête dans notre excursion. Le trajet jusqu’à Atlantis n’est pas bien long, et pendant tous le trajet, les guides nous rappellerons sans cesse à quelle heure part le dernier bus pour nous ramener vers le bateau.

Vous vous souvenez du message qu’on a pas arrêté d’avoir à bord la veille ? Et bah on y a encore eu droit au D Lounge, dans la file d’attente en bas du bateau, et dans le bus pour aller aux excursions ! Donc franchement, pour ne pas avoir le message, faut vraiment avoir un problème sur place…
Par contre, pour la traversée de la ville, ça fait vraiment bizarre. On passe les barrières de sécurité du port, puis les habitants du pays se ruent sur vous pour vous vendre des bouteilles d’eau. Toute la zone en face du port est belle, avec de la verdure et des magasins de luxe, mais dès que l’on part un peu plus loin, ce n’est plus du tout le même cadre.

Nous arrivons devant un hall assez semblable à celui des hôtels Deluxe à WDW, où deux limousines sont stationnées, surement en attente d’une clientèle fortunée. Un nouveau guide nous accueille, et nous conduit au lieu de notre attraction. (Avec un nouveau rappel des horaires de retour au passage 😀 ) J’ai hâte, au fond de moi, je trépigne.

Hé oui, aujourd’hui, un de mes rêves va se réaliser, je vais rencontrer de près, de très près même, un dauphin ! Pour moi qui suis une fana des poissons, c’est surement une des choses les plus intenses qui puisse m’arriver.
Alors, avant de m’attirer toutes les foudres des défenseurs des mammifères marins en captivité, je tiens à préciser, au risque de choquer, que je ne suis pas du tout contre les parcs aquatiques, au même titre que je ne suis pas contre les zoos. Ce sont des opportunités d’être en contact avec des animaux qu’on ne rencontre pas couramment, et tous les parcs ne maltraite pas leurs animaux. J’ai longtemps hésité pour savoir laquelle des offres de rencontre je prendrais sur la croisière, et si j’ai opté pour celle la, c’est parce que les dauphins sont des rescapés de la vie maritime qui ne survivraient pas à une remise en liberté.

Bref, revenons à nos moutons.

Ou plutôt à nos dauphins 😀

Nous entrons dans la zone réservée aux interactions avec les dauphins, et au loin, on voit leur bassin d’aménagement. On les entend et les aperçoit de loin et là déjà, mon cœur bat fort. Mais nous devons attendre pour le moment. En effet, nous avions sélectionné la rencontre de 13h30 et il n’était que 11h45. Nous avions donc une bonne heure de libre avant d’avoir le droit de les approcher, et pour nous occuper, on avait choisi de prendre une activité qui nous permettait également d’aller visiter l’aquarium d’Atlantis (moi, adorer les poissons ? non, du tout).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.