[Floride] Jour 8 : Off to the sea – Partie 1

Nous sommes le 9 novembre. Depuis le mois de janvier où nous avons réservé notre croisière, je rêve de ce jour, de ce moment où j’ouvrirais les yeux et où je pourrais sauter de joie parce que ce serait le jour du départ !

Oh oui, j’avais super hâte d’être ce 9 novembre.
Et pourtant, lorsque je me suis réveillée a 8h ce jour là, ce n’est pas de la joie que j’ai ressentie, mais de l’anxiété. Mickaël lui m’a devancé au réveil, une fois n’est pas coutume. Il est entrain de se préparer, et moi, j’ai une grosse boule au ventre, et je ne sais pas du tout pourquoi. Pour couronner le tout, je me réveille également avec une migraine pas possible. Elle s’annonce bien cette journée.

Je finis par sortir du lit, et là je remarque que le téléphone à côté du lit clignote. Oulah, ça ne sent pas bon tout ça.
Je décroche et j’entends un message de la conciergerie qui m’informe qu’ils ont essayé de débiter notre carte, mais que le paiement n’a pas abouti.
Moi qui était déjà mal, je panique totalement d’abord. Je commence à en avoir marre qu’une fois sur deux, la carte n’arrive pas à être débitée.
J’essaye de me calmer, et je décide d’aller sur le site de Travelex afin de recharger ma carte pour aller faire le paiement directement avec en bas.
Sauf que pour cela, je dois valider l’opération sur l’application mobile de ma banque, qui a décidée de bugger et d’être momentanément inaccessible.
Impossible de valider l’opération et donc de recharger la carte. Je craque littéralement sur place et je me mets à pleurer. Mickaël arrive et essaie de me calmer, mais rien n’y fait, je suis littéralement au bout de ma vie (juste pour ça), avec l’impression que le séjour est complètement gâché (moi, dramatiser, jamais xD ).

C’est là que mon super-héros d’homme agit, et arrive par je ne sais quel moyen à me calmer. Je me ressaisis et décide d’appeler directement la banque pour signaler à notre conseillère le problème. Oui… mais non. Notre conseillère est absente jusqu’au 12 novembre. Donc on tombe sur une centrale, avec une conseillère téléphonique qui nous dit qu’on a atteint le plafond de notre CB, mais qu’elle n’a pas les droits pour modifier le plafond elle même parce qu’il y a déjà une option activée dessus. Je raccroche, et là, c’est reparti pour les grandes eaux.

Mickaël décide de rappeler la banque, mais directement notre agence cette fois-ci. Il tombe sur une autre conseillère à qui il explique la situation et qui nous propose de monter le pallier au maximum qu’elle peut encore, mais de prévenir notre conseillère dès son retour jeudi.
Dans le même temps, j’envois un mail à notre conseillère (histoire de faire un rappel).
Je réclame un gros câlin, Mickaël sèche mes larmes et je daigne enfin aller dans la salle de bain pour me préparer à partir.

Une fois prête, on fait une dernière petite vérification dans la chambre, on mange ce qui nous fera office de petit déjeuner (à savoir un des brownies qu’on avait gardé de notre repas au Casey Corner le 4 pour Mickaël et le dernier beignet restant de la veille pour moi), et on se met en route pour le front desk, en laissant un petit mot pour notre femme de chambre en plus de son pourboire habituel.

A l’accueil, on est reçu par une gentille CM une fois de plus. Je lui dis qu’on a reçu un message comme quoi ils n’avaient pas réussi à débiter la carte. Et là, elle nous annonce que le Art of Animation a débité notre carte la veille, et eux ont tenté de le faire directement le matin, ce qui faisait un débit de près de $1800 en moins de 24h. Tu m’étonnes que la carte ait refusée….
Je lui explique que comme on vient de l’étranger, le temps que la limite soit levée, il faudrait attendre jusqu’à vendredi, et donc je lui demande si on peut payer juste une partie de la balance en attendant. Elle répond positivement, en me disant qu’il faudra juste faire attention en utilisant nos Magic Bands le reste de la semaine, ce qui ne m’inquiète pas, puisque nous ne serons de toute façon pas à Disney World.
Je décide donc de payer $250 en espèces, et ensuite d’essayer de passer ma carte pour payer $400. Et là, magie, la carte passe.

J’ai instantanément retrouvé le sourire, et un sentiment de soulagement s’est emparé de moi. J’en profite pour leur repréciser qu’on sera en croisière toute la semaine et sur ce, tout étant réglé, on peut partir maintenant.

Et il était largement temps qu’on parte maintenant après tout ces soucis. Il manquerait plus qu’on rate notre bateau ! 

On part récupérer notre voiture, et c’est parti, à 9h30 nous branchons le GPS, direction Cap Canaveral.
Sur tout le trajet, je scrute l’horizon infini, espérant voir au loin apparaître l’océan, mais surtout la silhouette de notre paquebot. Et finalement, après 40 minutes de route…

…A 10h20 exactement, on passe sur le pont qui nous permet d’apercevoir pour la première fois un des navires Disney :

Ouiiii ! Le Dream est juste là, à quai, et il nous attend !
Mais avant, nous devons aller rendre notre Chevrolet à Alamo. Nous nous arrêtons d’abord à une station pour faire le plein, puis nous allons à l’agence Alamo où le passage « dépôt de voiture – prise de navette » ne mettra que 5 minutes montre en main.

Je crois que j’ai visé 50cts trop haut pour la pompe cette fois, mais ça passe encore.
Concernant Alamo, on a limite passé plus de temps à comprendre où laisser la voiture et comprendre qu’il fallait laisser les clés sur la voiture que de parler avec un employé. Ils ont confiance là bas en tout cas. 

10 petites minutes plus tard, nous sommes au port, un peu perdus, mais tellement contents.

En fait, pas tout à fait… La navette Alamo arrive à quai, mais ça me paraît bizarre, je ne reconnais pas le Dream.
La seule dame de la navette descend et part, et quand le chauffeur commençait à descendre notre valise, je lui demande si on est bien au quai Disney. Et bah pas du tout ! On était en fait sur le quai pour les croisières Carnival !
Le chauffeur reprend donc le volant à toute vitesse en s’excusant, on lui avait dis qu’on allait tous à ce quai là. Pas grave, on est plus à 5 minutes près maintenant. 

On demande notre direction à un CM qui nous demande notre nom de réservation et nous dit notre premier « Welcome Aboard ». On avance, et là on voit d’encore plus près le Dream et je me dis… il est ENORME !

Et effectivement, il est ENORME ! 

On croise un autre CM qui nous dit que si on a rien qui se casse et rien dont on aura besoin dans l’immédiat dedans, on peut laisser notre valise sur le trottoir puisqu’elle porte l’étiquette avec nos noms. J’ai un peu peur, mais je finis quand même par le faire, car je me dis que ça sera bien plus pratique. On en profite pour faire une halte toilette. On fait une photo souvenir juste avant d’entrer en zone d’embarquement pour les copains sur Facebook, et c’est parti pour le contrôle de sécurité.

Lorsqu’on entre dans la zone de check-in, on a l’impression d’être revenu dans un aéroport. C’est très strict, mais au moins ça rassure. Au final, ce passage est même assez rapide. On passe, et ensuite, on prend un escalator où on arrive dans le hall d’embarquement pour de vrai. Et ça grouille déjà de monde. La première chose que je remarque, c’est la présence de Dingo en photolocation, puis les guirlandes et le sapin de noël, ensuite l’immense porte en forme de tête de Mickey, et ensuite, les guichets. Il y a également une maquette de bateau.
C’est grand, mais c’est très beau.

Pendant qu’on fait la queue pour aller récupérer nos Keys to the World, je shoote, et un CM essaye de faire un photobomb (qu’il ratera copieusement Laughing ).

Quand tu passe de WDW à la croisière, tu as un seul réflexe pendant le séjour : présenter ton Magic Band à ta porte. Qui ne s’ouvre pas. Et ce qui est logique, puisque ce sont des cartes magnétiques qui sont encore utilisées sur le bateau, les fameuses Keys to the World. 

Le CM qui fera notre enregistrement ne sera pas très aimable, on avait clairement l’impression de l’ennuyer. Il nous demande les informations et papiers nécessaires, imprime nos cartes, et nous donnes un numéro, en nous disant que dès qu’il sera affiché, on pourra aller embarquer.
On a enfin les sésames en mains, ainsi que notre navigator de la journée.

C’est la bible qui va vous accompagner pendant tout le séjour. Chaque soir, un nouveau navigator vous expliquant qu’elle est l’étape du jour, ce que vous pouvez faire aux différents étages et heures de la journée, et toutes les informations essentielles au séjour ! 

Mais notre numéro d’embarquement est le 9, et on en est au 3… il va falloir attendre. Quitte à attendre, autant faire la queue pour la photolocation. On se met dans la file, et entretemps, Dingo part, pour être remplacer par Mickey. Chouette, on aura notre photo avec le grand patron en personne.

Autant être honnête, je préférai avoir Mickey pour le coup :p 

Le temps de faire la queue et la photo, on est passé au numéro 5. C’est long ! Je continue à shooter.

J’ai du mal à me rendre compte a quel point ça doit être grand, et en même temps, j’angoisse un peu intérieurement. C’est ma première croisière, et vu que je suis sujette au mal des transports, je ne sais pas du tout si je vais être malade toute la semaine, ou si au contraire ça va parfaitement bien se passer.

Je finis quand même par m’impatienter sur place en me plaignant à Mickaël que les numéros n’avancent pas assez vite. Et là il me dit qu’on peut embarquer. Ben non, on a le numéro 9, donc on doit encore attendre… Sauf qu’en fait, le CM avait super mal écrit sur le papier, et en fait, on avait le numéro 3 xD. Je trouvais ça aussi bizarre qu’on doive attendre aussi longtemps, vu qu’il était midi passé et que j’avais choisi 10h45 comme horaire à l’origine.

Je ne me fais pas prier, et on prend gaiement la direction de la porte, moi avec un sourire qui ne me quitte pas, et Mickaël également.

En essayant de se faufiler dans l’entonnoir des gens qui restent devant la corde où les CM vérifient les numéros sur les tickets d’embarquements… Et qui forcément te regardent tous d’un air où ils ne comprennent pas pourquoi t’aurai le droit d’avancer toi, et pas eux. Tant pis, fallait mieux réserver les gens !

On prend un long couloir qui débouche sur des photographes qui nous prenne en photo juste avant qu’on ne monte sur le bateau. Puis on prend la passerelle. On n’est jamais aussi près du bateau. J’ai le cœur qui bat très vite.

On est accueilli par une très jolie CM qui me demande notre nom et d’où nous venons. Elle ne comprendra pas le nom la première fois que je lui dirai (ah les noms français), mais la seconde sera la bonne. Elle nous demande d’attendre un peu, et là prend son micro et annonce : « Disney Dream, please welcome aboard from France the B…. Family ! ». On s’avance au milieu d’une haie d’honneur de CM qui applaudissent en nous souriant chaleureusement. J’en ai des frissons. Et toutes les familles après nous on droit au même accueil. Rien que ça déjà, ça te donne la pèche pour la suite.

Pour vous donner un exemple de l’ampleur du truc, les CM sont obligés de se relayer à l’entrée pour l’accueil, et ils font bien ça jusqu’au milieu de l’après-midi ! 

A peine le temps de me remettre de mes émotions, que je suis de nouveau sans voix en découvrant le hall du bateau. Et c’est reparti pour les larmes, mais cette fois, d’émotions. C’est tellement beau, tellement majestueux, que j’ai énormément de mal à réaliser que j’y suis enfin. Ça dépassait tout ce que j’avais imaginé. Et c’est tellement grand, je ne sais même plus où regarder. Et en plus, comme nous sommes la première croisière de Noël de la saison, nous avons la chance de découvrir la maison en pain d’épice et le sapin tout fraichement disposés. Je suis ravie, mais je ne suis pas la seule.

Je reprends vite mes esprits cela dit, parce que c’est bien beau d‘être émerveillé, mais si j’avais pris un créneau le plus tôt possible, ce n’était pas pour rien, alors notre première halte sur le bateau, ce sera :

Mes meilleurs et pires ennemis à la fois de la croisière. Je me renseigne pour savoir où nous devons aller pour prendre les tickets afin de pouvoir rencontrer les princesses pendant la croisière. Indications données, nous prenons l’ascenseur pour la première fois, et nous découvrons qu’il est vitré, ce qui permet d’admirer le hall tout en montant. On s’arrête au pont 5, direction Port Adventures… ou plutôt la queue pour rejoindre Port Adventure. La queue avance, mais pas assez vite à mon goût, et je m’inquiète un peu car, en plus d’avoir un créneau pour rencontrer les princesses, j’aimerais pouvoir prendre un brunch au « Palo » et donc pour cela il faut retourner au pont 3 au « Royal Palace », un des 3 restaurants classique du bateau.
Vu que je commence à stresser en voyant le temps passer, je missionne Mickaël pour le brunch. Il n’est pas très convaincu de devoir y aller tout seul, à cause de la langue. Mais il veut bien y aller quand même. Nous nous séparons donc, mais continuons de communiquer grâce au wifi gratuit (pour le moment).

Il existe une application appelée « Disney Cruise Line Navigator » disponible sur iOS et Android qui, une fois connecté au WiFi du bateau, permet d’avoir pleins d’informations sur la croisière. Les activités du jour, les plans, les températures, les escales, tout se trouve sur cette appli. C’est comme la version papier que vous avez eu à l’entrée, mais dans votre poche.
Et le petit bonus : il y a une application de messagerie ! Ainsi, en vous connectant à l’appli, vous pouvez créer un salon accessible uniquement par les membres de votre chambre, et avoir un chat commun entre tous. Très pratique j’imagine si vous avez des enfants avec des smartphones, vous pouvez les laisser explorer le bateau, puis leur envoyer un message quand il faut revenir 🙂
Par contre, attention ! On s’en est rendu compte juste avant de partir dans le bateau. J’ai téléchargé l’appli rapidement, j’ai passé la SIM US à Elia pour qu’elle puisse la télécharger rapidement aussi. Une fois parti en mer, adieu le réseau pour l’avoir :p

L’avantage de faire la queue pour Port Adventures, c’est que ça permet de prendre de la hauteur, et donc d’admirer plus facilement le pont central. J’ai même eu l’occasion d’entendre le « Welcome Aboard Captain Mickey ! » quand Mickey rentrait de sa photolocation.

Je touche au but, et suis accueillie par une autre charmante CM, qui me propose plusieurs créneaux d’horaires pour plusieurs princesses. J’opterai pour une rencontre avec Anna & Elsa pour le jour en mer.
Je vais ensuite rejoindre mon homme devant l’entrée du Royal Palace. Pile au moment où j’arrive, c’est à son tour de passer. Timing parfait alors.

Pas mal de chance aussi. Les portes venaient d’ouvrir, et des gens essayaient de gruger pour avoir les dernières réservations disponibles… Heureusement, des gens étaient là pour faire la discipline dans la queue en disant qu’on attendait depuis plus longtemps. 

La manager présente nous propose un créneau qui nous convient directement. En repartant, nous échangeons en français avec Mickaël, ce qui attire l’attention d’un CM à proximité. Il nous dit que c’est rare d’avoir des Français à bord. On discute un bon moment, et finalement il nous souhaite de passer une bonne croisière, en nous disant à très vite puisqu’il sert au « Remy », et qu’on a prévu d’y manger.

Ça y est, j’ai tous les tickets que je voulais, je suis tranquille, il est grand temps d’aller enfin manger quelque chose parce que le beignet avalé 5 heures plus tôt est digéré depuis bien longtemps.
Allons donc sur le pont 11 pour découvrir le restaurant type buffet phare du Dream :

Le « Cabanas », c’est surement LE meilleur buffet que j’ai testé de ma vie. Il y a du choix, beaucoup, beaucoup beaucoup, beaucoup beaucoup trop. Tellement, que t’as envie de tout manger, tout le temps. Même quand tu n’as pas faim. Et le pire dans tout ça, c’est que tout est bon. Le mieux : c’est gratuit !

Difficile de faire mieux que bon, copieux, et gratuit :p 

Le plus dur au final aura été de trouver une table où s’installer, tellement il y avait de monde. Ça nous donne également l’occasion de découvrir l’immense baie vitrée qui offre une vue panoramique magnifique.

C’est une des seules fois où on l’on aura du mal à trouver une place. Les autres jours ne fonctionnent pas vraiment de la même manière, et là il y avait toutes les familles qui venaient manger directement une fois l’embarquement fait ! 

On prend notre temps pour manger, puis nous allons à la découverte de son pont principal où se trouve les piscines, les bars, l’écran géant, etc… Le pont 11, l’endroit où il faut être pour s’amuser.

Il y a la zone de jeu d’eau pour les touts petits.

Il y a aussi des stands pour prendre à boire, du soft, mais aussi de l’alcoolisé.

Gratuit ! 

Un peu plus loin, il y a la zone libre service de glace.

GRA-TUIT ! 

Et un peu plus loin encore, la zone réservée au plus de 18 ans, mais ça je la réserve pour plus tard.

Les enfants ne sont pas encore couchés à cette heure là. 

A 14h30, nous décidons d’aller à la découverte de notre cabine qui se trouve au pont 7.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.