[Floride] Jour 12 : Au revoir la mer, retour sur terre – Partie 1

Le réveil en ce vendredi 13 novembre a un goût spécial. Il est à peine 6h45 quand j’ouvre les yeux, et je me sens heureuse et à la fois nostalgique. La croisière touche déjà à sa fin, et c’est à peine si je l’ai vu passée.
Avant d’aller à la douche, je décide d’aller sur le balcon, pour en profiter une ultime fois avant de lui dire définitivement au revoir.

Port Canaveral est là, juste devant moi, et baigne sous les premiers rayons de soleil.

Je vais prendre ma douche, suivi par Mickaël, et je finis de ranger nos toutes dernières affaires. Pour la dernière fois, nous quittons notre cabinet, en abandonnant à contrecœur pour moi ma rose reçue au Rémy, et quand la porte se referme, nous savons que c’est l’ultime fois que nous la verrons.

Et ça a vraiment été dur de la quitter cette cabine…
Mais je me réveillerai également avec la même sensation qu’Elia, pensant encore aux évènements de la veille 🙂

Avant de nous rendre au petit déjeuner, nous faisons une halte, encore une fois à Guest Services pour régler la balance restante, mais également pour voir le manager de Port Adventures. Car oui, malgré toutes nos sollicitations, nos incessants allers-retours, nous n’avons toujours aucune nouvelle concrète et ferme de la part du staff de la Cruise Line concernant l’issue de cette mésaventure à Nassau. Ils se sont toujours contredits, et à quelques minutes de quitter le bateau, nous ne savons toujours pas si remboursement il y aura ou pas. Je sais que sur le moment de l’accident, j’aurais dû demander une trace écrite à la responsable d’Atlantis, ça nous aurait très certainement éviter tout ce tralala.
On nous fera attendre un petit moment le manager, laps de temps pendant lequel on reverra un des casts du Rémy en tenue « civile », avec qui nous discuterons un peu.

Tenue civile qu’il ne gardera pas bien longtemps puisqu’il repart directement avec la prochaine croisière 🙂

La manager de Port Adventures arrivera finalement pour nous voir, et nous rassurera en nous disant qu’ils ont bien une trace de leur côté, et que tout sera fait comme prévu pour le dédommagement. Elle nous explique que le remboursement ne pouvait pas se faire directement parce qu’il fallait d’abord faire tout remonter au siège où eux ensuite prendront contact avec Nassau et ensuite nous recontacteront.
Comme elle nous sent perplexe, elle nous donne une carte avec le contact à qui envoyer un mail si jamais au bout de 2 semaines nous n’avions toujours pas eu de retour.

Petite parenthèse : bien évidemment, nous n’avons pas eu de retour, et il nous a fallu faire le forcing auprès de la DCL pour qu’ils nous croient et qu’on obtienne bien le remboursement de ma prestation. Mais attention, il s’agit d’un « geste commercial » de la part de la DCL… Je n’ai pas vraiment apprécié cette atmosphère de suspicion de leur part, et j’avoue que c’est le gros point noir négatif pour moi. Mais c’est assez global à Disney. Quand tout se passe bien c’est royal, si t’as le moindre soucis, ils sont loin d’être honnête parfois… Bref !

Puis ma prestation qui devait être remboursée également, bah je peux me la mettre où je pense au final…
Ça ne me dérange pas plus que ça dans le sens où j’en ai profité sans avoir de problème, mais dans ce cas-là, qu’on ne nous annonce pas à Nassau que les deux prestations seront complètement remboursées… Mais comme l’a si bien dit Elia, elle a été remboursée pour elle, donc Bref !

Ce point réglé, nous nous dirigeons vers le Royal Palace à 8h10 afin de prendre notre petit déjeuner. Ce sera l’occasion pour nous de voir une dernière fois Vicky et Uthen, et de leur donner leurs enveloppes de pourboire. Comme pour Santhanu, nous avons marqué un petit mot personnalisé de remerciement sur leur enveloppe.

Vous pouvez admirer avec quelle joie et excitation j’ai envie de quitter le bateau 😀
Quelques infos sur le départ : vous ne pouvez pas choisir l’heure du départ. C’est fait en deux vagues, la première à telle heure pour le petit déjeuner et descente du bateau, et même histoire pour la deuxième vague juste après. 

Le petit déjeuner en lui-même était, comme toujours très bon, mais nous l’avons peut-être un peu moins apprécié que les précédents, avec la tristesse du départ. Il me permettra au moins de voir plus en détails une partie de la décoration du restaurant.

A 9h, après une pause toilette, nous quittons le Disney Dream, en espérant un jour pouvoir réitérer cette expérience.

Et il ne fait aucun doute que l’on y retournera sans problème !
De toute manière, j’ai bien prévu mon coup en faisant ma demande à l’arrière du bateau. Maintenant, va falloir en refaire une pour retourner sur la scène 😀

Après avoir récupéré sans problème notre valise à la zone Daisy, nous avons passé l’immigration avec une agent très gentille et souriante. On refoule la terre ferme de Floride.

Puis, ça a été le moment de recherche de l’endroit où prendre la navette Alamo. En suivant les panneaux, nous avons pris une première direction, mais n’étant pas surs, nous avons préféré rebrousser chemin pour aller demander à une agent de sécurité où il fallait y aller. Elle nous indiquera, bien évidemment, la direction opposée à celle qu’on avait prise, sauf qu’en l’écoutant, nous nous sommes retrouvés là où nous étions arrivés en début de semaine.
Nous redemandons notre chemin à une CM cette fois-ci, qui voyant notre désarroi, nous accompagnera jusqu’à l’arrêt… qui était dans la direction que nous avions pris au départ.
Nous la remercions, et montons dans la navette qui est déjà pleine. Nous trouverons quand même deux places assises, et à 9h35, nous sommes à Alamo.

Ce n’est pas la même rigolade que le lundi. Là, il y a beaucoup de monde, forcément avec le débarquement, et donc il faut faire une queue assez longue. Je trouve une place assise, ne pouvant pas rester debout très longtemps, et je m’installe, pendant que Mickaël fait la queue pour l’enregistrement. Il me rejoindra environ 20 minutes plus tard, et nous attendrons pratiquement une heure avant d’avoir une voiture. Pour s’excuser de l’attente, Alamo nous dira que le réservoir n’est qu’à moitié plein, et que malgré le fait que nous n’avions pas pris l’option, nous pouvons rendre le réservoir à n’importe quel niveau.
Cool, nous n’aurons donc pas à nous soucier de trouver une station avant de rendre la voiture à MCO.

Comme tout le monde arrive de la DCL en même temps (et potentiellement d’autres croisières aussi), la queue devient vite assez longue si vous ne sortez pas dans les premiers de la navette Alamo. Et pour l’attente, on était pas les seuls dans ce cas-là. Une fois les premières personnes passées, Alamo n’avait plus les voitures en stock par moment, et il fallait donc attendre avant de réussir à en avoir une.
Sachez cependant qu’ils n’hésiteront pas à vous faire un upgrade plutôt que de vous faire patienter indéfiniment. Pour la blague, une dame est venue dire dans la salle qu’un énorme pickup était disponible dès maintenant sans surcout pour ceux qui le voudrait. Bien entendu, je l’aurai bien pris pour la blague, mais je ne me voyais pas conduire cet énorme engin partout, surtout avec ce qu’il devait consommer en carburant…

Mickaël récupère les clés, et nous sortons, à la recherche de notre carrosse. On aperçoit une voiture blanche, mais elle ne correspond pas du tout à la catégorie que nous avions réservée, donc nous doutons un peu. Mais non, c’est bien la voiture qui nous a été attribuée, une très belle Dodge, pour le plus grand bonheur de mon homme.

Alors là, ça a été un des plus gros kifs de notre voyage ! Je vous ai parlé d’upgrade, et c’est ce qui nous est arrivé sans le savoir : on est passés d’une Volkswagen Jetta, à une Dodge Charger blanche flambant neuve ! Toute option incluse, avec la conduite automatique, le démarrage sans clé, l’ouverture automatique du coffre si le porteur de la clé est proche (très pratique avec les valises !), tout le confort juste parfait dans la voiture, et surtout, ce bruit de moteur quand tu accélères à fond. Oui, je suis tombé amoureux de cette voiture <3

Nous montons, et à peine le temps de faire les réglages nécessaires, que nous revoici parti vers Orlando. Je ne me sens pas vraiment bien. Il faut dire aussi que je traine une angine depuis le début du séjour, et l’alternance, chaud-froid continuel n’a pas aidé. Et ce matin, j’ai beaucoup de mal et je ne me sens vraiment pas dans mon assiette.

Sachant qu’elle a parfois le mal des transports en voiture, ça aide pas forcément… 

A l’origine, nous avions prévu d’aller directement au parc, mais vu que je ne me sens pas bien, nous préférons opter pour un programme un peu plus soft. Je dors un peu dans la voiture, et Mickaël prend la route de « Sea Life ».
En effet, puisque nos tickets étaient encore valables, un petit passage au calme et à l’abri du soleil m’aidera peut-être à mieux aborder la journée. Et surtout, quoi de mieux que des poissons pour me redonner du pep’s ?

Sea life est un aquarium assez sympa. Plus petit que je le pensais, mais très agréable à faire. On commence la visite par une vidéo de présentation en 360 degrés, et ensuite, on découvre les différentes espèces, avec des descriptions et des explications éducatives, surtout pour les enfants. En prenant bien notre temps, on mettra environ une heure pour faire le tour.

L’aquarium est plutôt sympa, avec pas mal d’espèces que l’on ne voit pas tout le temps, on a passé un bon moment. Puis ça a permis de couper un peu avec Disney aussi :p

Et Sea Life a même une mascotte, visiblement très appréciée des enfants.

Cette visite aura eu l’effet escomptée, puisque j’ai pu reprendre un peu des couleurs. Nous prenons la direction de Disney World, pour retourner dans le premier parc que nous avons foulé.

A 13h45, nous voici arrivés et garés à TTC. Welcome Back to Disney World.
Avant de nous rendre à Magic Kingdom, nous nous rendons au « Lost & Found ». Ne sait-on jamais, en une semaine, peut-être avaient-ils retrouvé mes lunettes perdues.

Et bien non, toujours aucune trace de mes lunettes. Tant pis, je m’étais déjà faites une raison.

C’est à bord du monorail que nous montons cette fois-ci pour rejoindre le premier parc du complexe. Il fait beau, il fait chaud, et malgré mon état affaibli, je suis très heureuse de me retrouver à cette entrée.
Pour ce retour, nous souhaitons faire une photo devant la gare de Main Street, puisque nous n’avions encore pas eu l’occasion de nous arrêter pour en faire depuis notre arrivée. En plus, il n’y a pas de queue, donc un photographe nous prend direct. Il nous fera prendre plusieurs poses très drôles, dont une mise en scène avec une bague (alors que nous ne lui avions absolument pas dit que nous étions tout juste fiancés). Je dois avouer que devant tout le monde qui nous regardait, je me suis un peu sentie gênée, mais je suis contente d’avoir eu ces photos.

Vous remarquerez le superbe talent d’Elia pour améliorer une photo à son maximum :p

Notre première halte dans le parc sera pour City Hall. En effet, avec ma jambe douloureuse, impossible pour moi de rester debout trop longtemps, et donc, ça allait être assez compliqué de faire toutes les files d’attentes. Je souhaitais donc demander à City Hall s’il y avait une solution alternative pour moi. Nous avons la chance de tomber sur un CM français, ce qui me facilitera grandement la tâche pour expliquer toute cette histoire abracadabrantesque.
J’aurai droit aux facilités handicapés pour toute la fin de notre séjour, et il ira jusqu’à me demander si je voulais bénéficier d’un fauteuil roulant gratuitement, option que je déclinerai. Je préfère peiner pour marcher tant que je le peux, plutôt que de devoir subir le fauteuil.

Le handicap est directement lié au Magic Band, et il y reste pendant un bon moment, largement le temps du séjour. Pas besoin de se représenter à chaque fois à City Hall ou quoi que ce soit.
Pour information, grâce à cette option, vous pouvez aller à la file FastPass de n’importe quelle attraction pour demander un accès facilité. Si l’attraction affiche moins de 10 minutes d’attente, vous pouvez rentrer directement. Sinon, on vous ajoute un FastPass équivalent au temps d’attente de la file en cours (si 40 minutes, et bien il faut revenir dans 40 minutes) et vous pourrez rentrer directement. 

En même temps, il nous demande si je souhaite prendre un premier retour pour une attraction. Au départ, je n’en avais pas spécialement envie, et finalement, Mickaël réussira à me convaincre, et nous aurons donc droit à un premier rendez-vous pour l’attraction « Seven Dwarfs Mine Train » 40 minutes plus tard.

Ça nous laisse le temps de traverser le parc tranquillement. Je retrouve avec plaisir et sourire Main Street et le château de Cendrillon, mais également des caméras sur chaque côté. Il y a eu quelques heures auparavant, le tournage de la parade pour la diffusion de Noël, et donc les équipements étaient toujours bien présents.

Histoire de commencer en douceur, c’est vers « Mad Tea Party » que nous partons.

Avec 15 minutes d’attente affichées qui en vrai ne sont que 10 en avançant constamment, nous serons vite installés.
J’ai trouvé l’attraction fun, elle est en tout point semblable à celle de Paris, même si j’ai trouvé que la tasse tournait avec un petit peu plus de fluidité en Floride.

Même sensation qu’Elia pour moi, néanmoins, ça ne m’a pas empêché de sortir en ayant un peu mal au ventre… 

La faim se faisant sentir, et sachant qu’on ne doit pas diner avant un bon moment, nous optons pour 2 snacks : un Bretzel pour moi, et un Ice Cream Sandwich pour Mickaël.

Pour moi, il n’y a que deux choix possible : l’Ice Cream Sandwich, ou bien L’ICE CREAM SANDWICH WOUUUHOUUUUUUUU LA GLAAAAAAAAAAAACEUH. Désolé. (Mais si y’a un fan club de l’Ice Cream Sandwich, je veux en être). 

Nous nous installons à l’ombre et dégustons notre encas. Le Bretzel était tellement gros que j’ai eu du mal à le terminer.
Et c’est déjà le moment d’aller tester la fameuse attraction des nains.
Le temps d’attente affiche 75 minutes, et je suis bien contente du coup d’avoir l’accès facilité (cela dit, si je l’avais pas eu, on aurait tout simplement attendu notre FastPass pour le faire, comme c’était de toutes façons prévu).

Je scanne mon Magic Band en premier, qui passe au bleu, puis au vert, ce qui valide mon accès à l’attraction par la file FastPass. En m’accompagnant, Mickaël dispose de la même facilité, et donc me suit de près.
Que dire de l’attraction ? Je n’ai pas spécialement adhéré à cette première découverte. La faute à mon placement dans le wagon. A chaque virage, j’avais la jambe qui cognais assez violement contre le bord. Difficile dans ces conditions, de profiter pleinement de l’attraction.
A la sortie, j’étais donc un peu mitigée, même si j’avais trouvé le parcours et surtout ses décors réussis.

Moi j’ai bien aimé l’attraction puisque j’ai pu l’apprécier sans désagrément contrairement à Elia. On ne dirait pas, mais ça bouge plutôt bien, et c’est super agréable d’avoir un wagon super soft qui accompagne bien les mouvements du circuit. De plus, les décors et les animatroniques sont vraiment réussis, donc rien à redire sur cette attraction 🙂

Après cette découverte, il nous faut traverser tout le parc pour aller à Adventureland. Notre premier FastPass de la journée va bientôt s’ouvrir, et pour rien au monde je n’ai envie de le rater.
Sur le chemin, nous apercevons Lady Trémaine et ses filles en photolocation, mais pas le temps de s’arrêter.

Nous arrivons finalement devant l’entrée de Pirates des Caraïbes et, oh joie, elle n’est pas en panne. Je suis surexcitée à l’idée de découvrir la version floridienne et ses exclusivités avec Jack Sparrow.

J’en attendais beaucoup, peut-être un peu trop en fait. J’ai été globalement déçu. Comme toujours, les animatroniques sont très réussis, Les décors sont très beaux, mais je me suis un peu ennuyée pendant l’attraction. Et surtout, surtout… c’est quoi cet escalator à la sortie ? Ça casse totalement tout. Pour le coup, c’est pratique pour moi, avec ma blessure, mais ça fait quand même bizarre de déboucher directement sur un escalator en sortie.

Pour ma part, je suis plutôt d’accord avec Elia. L’attraction en elle-même est sympa, avec Jack et Barbossa, les animatroniques sont très bien faits, mais sinon, je ne vois pas en quoi on dit qu’elle est 1 000 fois mieux que celle de Paris. Ok, à Paris ça fait pas aussi neuf, mais on a largement de quoi convaincre aussi.
Et franchement, ce tapis à la fin pour remonter est une horreur d’un point de vue thématisation. Je suis d’accord qu’on arrive plus bas à cause de la chute d’eau, mais dans ce cas-là, ils auraient pu faire une montée comme en France, ça aurait été plus convaincant…
Enfin bon, une bonne déception pour ma part en tout cas. 

La boutique est très jolie cela dit, avec pleins d’éléments de décors toujours autant poussés par Disney.

En ressortant, nous tombons sur le spectacle de Jack Sparrow en cours.

Nous le regardons quelques instants mais pas jusqu’au bout. On profite d’un photographe pour faire une photo devant l’attraction, puis Mickaël valide un portail de Sorcerer.

Ce moment me permet de constater que même l’extérieur de l’attraction est thématisée.

Il y a d’ailleurs un jeu sur le même principe que Sorcerers of the Magic Kingdom dans cette zone qui s’appelle « Treasures of the Seven Seas ». Je ne connaissais pas avant de le voir sur place donc je n’ai pas beaucoup de détails, mais c’est le genre d’activité qui peut vous intéresser 🙂

Il faut maintenant retraverser le parc pour retourner en Fantasyland, pour notre second FastPass du jour.

En fait, on passe notre temps à traverser les lands dans ce parc, c’est pas possible :p

Laisser un commentaire