[Floride] Jour 10 : Un petit bout de paradis sur Terre – Partie 2

Mais la faim finit quand même par se faire sentir. Direction donc le barbecue, où nous attend un buffet des plus appétissants.

Il y a du choix, surtout pour les carnivores comme nous xD .

Mais j’ai été raisonnable, en tout cas plus que mon homme. C’est surement du a la différence de portion prise au petit-déjeuner.

J’ai vu du pain à burger, des steaks, du fromage. Il ne m’en fallait pas plus pour me faire mon petit burger « maison » 😀 

Je prendrai en plus de la pastèque en dessert, mais bien évidemment, impossible de repartir sans prendre une glace !

Il y a plusieurs points barbecue sur l’ile. Celui-ci était toujours celui dédié à Serenity Bay, même s’il y avait un peu plus de bruit, cela restait quand même très reposant. Contrairement à nos boissons de tout à l’heure, ce repas est à volonté, et compris dans le prix du séjour 🙂 

Il est 13h30 lorsqu’on quitte le barbecue pour retrouver nos chaises où nous les avions laissées. On s’y installe, histoire de digérer un peu, avant d’entamer une belle après-midi.

L’heure nécessaire au retour dans l’eau sans crainte après digestion nous aura paru interminable. J’ai vraiment eu du mal à contenir mon homme qui était prêt à y retourner directement. Finalement, je lâche la bête qui va se jeter à nouveau dans l’océan, tout sourire.

Une seule envie à ce moment là : en profiter un maximum avant l’heure fatidique du retour. Donc ouais, j’aurai pu revenir en courant en sautant dans l’eau, aucun soucis 😀 

On barbote un peu, puis Mickaël retourne chercher notre masque et tuba qu’on avait reçu la veille à Nassau et embarqué avec nous pour essayer de faire un peu de snorkeling. Comme je ne savais pas trop comment la journée allait s’articuler pour moi, je n’avais pas voulu m’encombrer de mon équipement, et donc nous avons décidés de partager ce masque et ce tuba, et je suis la première à me lancer sous l’océan.

Puis, c’est au tour de Mickaël de découvrir ce qu’il se passe sous l’eau.

Que ce soit lui ou moi, nous restons sans voix devant ce que nous voyons, même si ce n’est pas particulièrement fourni. C’est une première expérience de snorkeling pour nous, et l’attrait de la découverte nous rend exaltants.

Le calme de l’océan une fois la tête dedans, la clarté de l’eau, la nouvelle expérience : tout était réuni pour passer un super moment. Je n’avais pas pris mon équipement de Nassau et mis mes lentilles, car ce n’était pas spécialement ce qui m’attirait ce jour là. Mais une fois commencé, et en voyant les poissons nager devant à quelques centimètres à peine, j’avais envie de plus ! 

Au bout d’un moment, nous avons envie d’en voir plus, et en même temps. Nous décidons donc de retourner vers Pelican Point. Mais cette décision n’est pas simple. En effet, il est plus de 15h, et nous savons que si nous quittons Serenity Bay, nous n’y reviendrons plus.
C’est donc avec un peu de tristesse quand même que nous ramassons nos affaires pour rejoindre l’arrêt du tram, direction Pelican Point.

Tout ça au pas de course, car même si on a du temps, on est quand même tout juste niveau temps. Et c’était vraiment dur, car comme on dit : « on sait ce que l’on perd, mais pas ce que l’on gagne » ! C’était vraiment triste de quitter ce havre de paix.

Pour des questions de logistique, on laisse nos bouées chéries sur la plage de Serenity Bay. Et oui, on n’est pas obligé de ramener l’équipement loué une fois terminé ! Deux avantages à ça : vous ne vous embêtez pas avec ces histoires, et vous faites profiter de votre équipement à d’autres personnes qui passeront derrière vous.

C’est un peu moins bruyant que le matin, il y a clairement moins de monde.
Mickaël va chercher un masque en plus grâce à notre fameux bon offert, et nous nous dirigeons vers le bassin de snorkeling, non sans avoir enfiler avant les gilets jaunes.

Toujours avoir deux paires de lunettes sur sa tête, c’est très important 😀

J’ai profité d’être ici pour prendre une photo quasi-identique à celle du bateau au dessus pour l’envoyer en carte postale numérique à mon travail en France. Elle est arrivée une semaine après que j’ai repris le boulot, mais au moins, elle était affichée dans le couloir 😀 

La première chose que nous ressentons, c’est la fraicheur de l’eau. Sans être froide, elle était nettement moins accueillante que de l’autre coté de l’île. Sa couleur également était moins transparente, et il fallait nager un bon moment avant de commencer à apercevoir un début de végétation marine.
N’ayant pas pied, à un moment, lorsque je remarque à quel point je me suis éloignée de la plage, je panique un peu. Je me rappelle de ma jambe, et je me dis que s’il m’arrive le moindre souci ou la moindre crampe, je ne pourrai pas facilement retourner au rivage. Je préfère donc arrêter là et faire demi-tour.
Mickaël ira un plus loin que moi, mais ne tentera pas forcément plus longtemps l’expérience. Au final, nous aurons fait une vingtaine de minute de snorkeling dans le bassin dédié, sans avoir vu grand chose, et c’est un peu déçu que nous décidons de repartir vers le bateau.

La zone est réservée au snorkeling, et beaucoup plus profonde. Je ne suis pas bien grand, mais je n’avais quand même pas pieds ! D’où les gilets jaunes obligatoires en rentrant dans la zone pour qu’on nous repère facilement.
Très franchement, ça a été ma grosse déception de la journée. On a bien mis une vingtaine de minutes, mais préparation comprise. Dans l’eau, j’ai pas l’impression d’être resté plus de 5-10 minutes. Je suis allé assez loin du rivage, mais tout ce que j’ai réussi à voir, c’est un tapis de couleur verte, rien de plus.
Il faut savoir que vous pouvez trouver des zones « spéciales » dans l’eau avec une statue de Mickey par exemple, mais je n’aurai rien réussi à voir de tout cela. En plus, je commençais à avoir du mal, car un petit peu d’eau s’était infiltrée dans le tuba et j’en ai avalé un peu. Quand y’a pas pied, c’est compliqué de reprendre le rythme ensuite.
Au bout d’un moment, j’en ai eu marre de voir que du vert et j’étais assez loin, donc j’ai préféré revenir avant de ne plus avoir la force de le faire. 

Toutefois nous faisons une halte à la boutique avant de remonter dans le tram, histoire d’acheter des cartes postales, une boule de noël, et bien évidement, des Pins !

Très honnêtement, c’est peut-être le moment craquage où j’ai eu beaucoup de remords par la suite sur le bateau. Elia me disait que ce n’était pas très raisonnable, et elle avait raison. Mais quand je voyais tout ces pin’s collectors qu’on ne pouvait trouver que sur cette île, et qui étaient beaux en plus, je n’ai pas réussi à me retenir.
Avec le recul, je me dis que je suis tout de même content de les avoir, mais c’était vraiment pas le moment raisonnable du séjour.
Voilà le butin du jour !

Après être redescendu du tram, nous nous hâtons de rédiger nos cartes pour pouvoir les mettre à la poste directement sur l’île, mais lorsque nous arrivons à 16h15, elle est déjà fermée, pour notre plus grand désespoir.
Nous recroisons sur le chemin du retour un encart que nous avions vu le matin qui donne les informations du jour concernant l’île. On ne s’y était pas attardé à l’allé, mais le voir là, au retour, nous fera bien rire, car les informations étaient bien brèves.

Bien brèves, mais très pertinentes pour le coup 😀 

Nous retrouvons donc notre cher paquebot, toujours aussi beau et grand.

Il est 16h30 quand nous remontons à bord, soit 15 minutes avant le « All Aboard ». Timing plutôt bien géré.
Nous filons directement sur le Deck 12 pour voir le départ de Castaway Cay. L’île est si calme, si paisible. On a déjà un brin de nostalgie.

On voit plusieurs CM en scooter des mers faire des aller-retours, surement pour faire une clairance pour le départ du bateau.
Un passager nous demande si on veut qu’il nous prenne en photo devant ce magnifique paysage, et forcément, nous acceptons.

Et finalement, le Capitaine du Dream décide de repartir, en saluant l’île en jouant plusieurs classique Disney à la sirène du navire : « When you wish upon a star », « A dream is a wish your heart makes », « A life of a pirate for me » (de Peter Pan), « Be our guest », « A pirate’s life for me », et finalement, « Do you want to build a snowman ».C’est avec émotion, que nous voyons s’éloigner tout doucement ce petit bout de paradis sur terre, en se promettant d’essayer d’y revenir un jour.

Mais pas le temps de verser des larmes, il est temps de retourner dans la cabine pour, non seulement, se préparer pour la soirée, mais surtout pour s’occuper de Mickaël parce que le snorkeling, malgré toutes mes précautions, à quand même laissé des traces :

Arrr ! 

De retour dans la chambre, je rafraichis le dos de mon homme en le tamponnant avec une serviette froide. Fort heureusement, il ne ressent aucune douleur, et ces coups de soleil sont plus impressionnants que douloureux.
Nous nous installons quelques minutes, le temps de finir de rédiger calmement nos cartes postales pour tout le monde cette fois-ci, et on en a une bonne flopée tout de même.

Entre temps, on reçoit un appel de l’infirmerie qui vient s’enquérir de mon état de santé à l’issue de la journée sur l’île.
Finalement, nous ne resterons pas si longtemps que ça dans la chambre. En effet, on se dit que la plupart des gens sont en train de se préparer pour la suite de la journée et cette superbe soirée qui nous attends, alors on décide de remonter sur le pont 11 pour aller faire l’Aquaduck.
Et on avait raison : il n’y avait pratiquement personne. Même si 20 minutes d’attente étaient affichées, finalement, nous ne ferons que 10 petites minutes. Je ne suis pas du tout fan des toboggans aquatiques, mais j’ai voulu faire une exception, et tester cette attraction tant vantée.
L’Aquaduck, c’est un peu impressionnant quand on est en bas, qu’on voit les gens passer dans ce toboggan qui fait tout le tour du bateau. Ça l’est encore plus quand on les voit partir, mais au final, c’est très drôle, surtout qu’on partage la bouée en couple.

Même si j’appréhendais un peu les virages et secousses, notamment à cause de ma jambe, au final, ça a été une très jolie surprise et un bon moment de rigolade.

Je faisais pas vraiment le malin en haut juste avant de partir, parce que le toboggan part directement dans le vide, en dehors du bateau ! Ça fait un coude pour revenir tout de suite sur le bateau, mais c’est un peu flippant de partir dans le vide sans rien en dessous.
Mais pas de soucis à part ça, les sensations sont bonnes et on ne se retourne pas dedans 🙂 

Après ce petit moment de sensation, on retourne dans notre cabine pour nous préparer à notre tour pour la soirée pirates ! Et comme Disney pense à tout, nous avons même droit à un accessoire sur notre lit pour être dans le thème.

Au cas où les gens n’avaient pas prévu de déguisement aussi :p

Je ne suis pas du tout fan des déguisements. Les soirées à thème, c’est pas pour moi, je les fuis comme la peste. Mais j’ai tendance à dire que je suis un peu plus téméraire lorsque je ne suis pas chez moi, et donc pour la soirée pirates, j’ai voulu jouer le jeu, et nous avions donc prévu des costumes pour l’occasion.

Laisser un commentaire