[Floride] Jour 14 : Une dernière touche du royaume magique – Partie 2

Contrairement à la toute première fois où nous avons mis les pieds à Adventureland, ce n’est pas une chaleur lourde qui nous accueille, mais une température agréable. Puisque les températures ont chuté, il y a beaucoup moins d’humidité dans l’air, et donc le tout est très clairement plus supportable.

Si j’ai choisi de venir dans ce land, ce n’est pas vraiment par hasard. Il y avait une chose que je regrettais de notre expédition à Animal Kingdom : c’était de ne pas avoir pu me rendre sur l’ile de Rafiki. J’avais très envie de rencontrer ce personnage, et heureusement pour moi, depuis peu, il était aussi en meet n greet à Magic Kingdom. C’est donc pour voir le vieux babouin du Roi Lion que nous sommes là.

Et comme nous avons beaucoup de chance avec les personnages aujourd’hui, évidemment, juste quand c’est à notre tour, Rafiki part en pause. Même si forcément, cela m’embête bien sur le moment, il ne prendra pas une très longue pause, à peine 10 minutes.

On attendra pas trop longtemps, et finalement, la rencontre avec Rafiki sera très sympathique, à coup de grands câlins.

Nous allons ensuite faire l’attraction à laquelle notre second FP+ du jour nous donne accès, à savoir, Jungle Cruise.
Après la découverte le jour de l’anniversaire de Mickaël, j’avais très hâte de découvrir l’attraction en version guest classique. Cela nous permet de prendre un peu plus de temps pour découvrir les décors de la file d’attente, avec ses touches d’humour qui ne me laissent pas indifférentes.

C’est sûr que faire l’attraction avec un CM qui raconte des anecdotes est tout à fait différent, mais si on ne maitrise pas très bien la langue, on peut vite s’ennuyer. Mais c’est toujours impressionnant de découvrir les animatronics en se resituant temporellement à l’époque où l’attraction a été créée.

Pareil pour ma part, j’avais vraiment hâte de venir refaire cette attraction suite à notre excursion. La file d’attente vaut vraiment le détour, et on peut trouver énormément de blagues dedans, dont une référence que j’ai particulièrement adoré : 

Et ouais ! Y’a une référence à notre parc dans la file de Jungle Cruise en Floride !

Sinon, à part ça, je me suis globalement ennuyé dans l’attraction. Principalement la faute à mon niveau d’anglais, et le fait que le micro dans le bateau ne permet pas d’entendre clairement ce que le CM est en train de dire. Ajouter à ça le bruit du bateau, et le fait d’être tout au fond, ça devient vite compliqué. Du coup, j’avais plus l’impression d’avoir une redite du tour de mon anniversaire, mais ce n’est pas la faute de cette attraction qui a de très beaux décors.

Il est alors grand temps de manger. Le pop-corn nous a certes un peu calés, mais ça ne remplit pas la fonction nourricière d’un vrai repas. A ce moment, j’ai en tête d’aller manger à « Tortuga Tavern », surtout pour me plonger dans l’ambiance des caraïbes. Nous nous arrêtons quelques secondes en route pour regarder un peu le show de Jack Sparrow qui est en cours, puis tout sourire, nous avançons vers le restaurant, moi toute prête à me régaler d’avance.

Ah ah la bonne blague ! Si effectivement on peut voir les décors du restaurant, celui-ci est fermé !

Et c’est là qu’on a vite déchanté. Si à Disneyland Paris tout le monde se plaint que les restaurants fast food sont souvent fermés, son grand frère floridien fait exactement pareil ! L’unique restaurant de la zone qui était ouvert était le « Pecos Bill Tall Tale Inn and Cafe », et ça ne nous intéressait pas du tout. Le « Diamond Horseshoe » et le « Liberty Tree Tarvern » nous ont montré portes closes, et ayant déjà fait le « Columbia Harbour House », nous ne voulions pas le refaire. Il y avait bien « Sleepy Hollow », mais c’était que du sucré en snack.
Retour donc à Fantasyland où nous finissons par tomber sur le Village de Pinocchio, réplique identique du nôtre à paris. La carte ne nous fait pas rêver, mais on a tellement faim qu’on y entre.

On sera vite servi, mais on engloutira notre repas en à peine 15 minutes. Ça sera nuggets et frites pour moi, burger au poulet pour Mickaël. Ce n’était pas spécialement bon, mais ça rempli au moins son rôle.

C’est à ce moment-là qu’on a été heureux de faire quasiment que des restos à table sur place. Les quick services ne nous ont pas vraiment plu, et on ne se voyait pas du tout manger que ça pendant 3 semaines… 

Puisqu’il est l’heure de notre 3ème FastPass, nous nous rendons à l’attraction de Winnie l’Ourson.

C’est une attraction pour tous petits, mais je n’ai pas hésité à prendre un FastPass pour la faire. Et avec raison, elle affichait 40 minutes de queue lorsque nous sommes arrivés.

L’attraction est gentillette, un peu comme la rencontre avec Belle, je pense qu’elle est sympa à faire une fois, mais ne vaut pas un second passage sans enfant (à moins d’être très fan de Winnie).

Si vous aimez la drogue, cette attraction peut éventuellement faire partie de vos choix. Mais comme Elia, sympa à faire une fois, mais pas deux. 

Il est l’heure pour nous de retourner à la photolocation de Gaston. Cette fois-ci, nous arrivons avec 10 minutes d’avance sur l’horaire d’ouverture. Mais une fois de plus, nous trouvons file close. Je ne vous raconte même pas l’état d’énervement dans lequel j’étais. Avec l’accumulation de la journée, j’avais juste envie de rentrer à l’hôtel et qu’on en parle plus. Et le sourire narquois de la CM qui a l’air de dire « ben t’as qu’à venir une demi-heure avant » ne fait rien pour arranger ça.

J’ai la rage au ventre et tellement marre que je décide qu’on ne rencontrera pas Gaston durant ce séjour. A la place, nous choisissons d’aller voir Peter Pan à l’entrée de Fantasyland, en espérant ne pas avoir encore une mauvaise surprise.

Moi je prends des photos d’Elia pas contente pendant ce temps-là. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *