[Floride] Jour 19 : Last day in USA – Partie 2

A 12h nous partons pour de bon pour l’aéroport où nous arrivons une heure plus tard en ayant pris notre temps sur la voie sans péage.
Mickael doit dire au revoir à sa chère Dodge que nous rendons à Alamo sans aucun encombre.

Tristitude, je l’aurai bien ramené avec moi… Au final, puisqu’ils nous avaient dit de la ramener avec seulement la moitié du réservoir, elle nous aura quasiment rien coûté en carburant par rapport aux autres. Et pourtant, on a roulé avec celle-ci. 

Nous partons à l’enregistrement des bagages, où on constatera qu’on avait encore énormément de marge puisque nos valises faisaient 11, 12, 19 et 23 kilos. Pendant notre enregistrement, il y a eu un test d’alarme incendie dans l’aéroport, c’était très désagréable puisque la sirène a tourné à boucle pendant un long moment.

Surtout dans les toilettes où ça résonne bien partout -_- 

Nous rangeons rapidement les bagages cabine pour rééquilibrer les affaires, puis décidons d’aller manger au MacDo de l’aéroport. Ça nous coutera 12,98€, et croyez-moi ou pas, il me restait juste l’acompte exact en espèces sur moi. Je prendrai un burger au poulet tandis que Mike prendra un wrap au poulet également, avec un Fanta rose. Nous ne voulions pas quitter les USA sans avoir fait un MacDo, et bien nous n’avons pas du tout été convaincu.

Au final, à part Five Guys, les fast food ne nous auront pas vraiment réussi. Je crois que je n’ai même pas fini mon wrap, il y avait un truc que je n’aimais pas dedans. 

A 14h, on se met en route pour la Police aux frontières qu’on passe en 15 minutes malgré le monde présent avant de prendre le monorail qui nous emmène à la porte d’embarquement.

Nous embarquons à 14h30 et décollons une heure plus tard, soit une demi-heure de retard. Bye bye la Floride, à une prochaine fois peut-être.

Pendant ce vol, nous regardons Hercules tandis qu’une collation nous ait servi.

Du côté opposé à nos sièges nous pouvons voir le coucher du soleil, comme si tout s’éteignait derrière nous.
Si le vol ne s’est pas trop mal passé, la descente a été un calvaire pour moi entre mes oreilles et ma jambe qui se renvoyaient la balle à qui serait la plus douloureuse.
Malgré notre demie heure de retard au décollage, nous arrivons à l’heure à JFK et 30 minutes après, nous sommes dans le bon terminal pour notre transatlantique.

Dans le Terminal 1, on prend la direction de la sécurité par la file Sky Priority. On mettra quand même 20 minutes pour atteindre juste la police qui regardera 2 secondes à peine chaque passeport.
Puis, nous passons les contrôles. On me demande d’ouvrir mon bagage à main, car il y a un objet « suspect ». Il s’agissait d’une figurine que j’avais acheté le matin à World of Disney pour offrir à un ami.

A 18h20, nous sommes devant notre porte d’embarquement, et j’en profite pour passer en mode froid en allant enfiler des collants et une chemise à manche longue.
L’embarquement commence à 18h40 et même pas 10 minutes après on est à nos places, dans un froid glacial d’acclimatation. On nous distribue les mêmes trousses qu’à l’aller, et à 20h, nous décollons, avec 40 minutes de retard.

Le repas nous sera rapidement servi, simple, mais bon.

A 21h30, la cabine est plongée en mode nuit. Je tente de dormir, mais comme toujours pour les vols de nuit, impossible pour moi de fermer l’œil. Et ce d’autant plus qu’il y a des turbulences assez fortes pendant tous le trajet au-dessus de l’atlantique. Je stresse et panique, je fais même une crise d’angoisse que seul mon homme arrive à calmer en me cachant les yeux. J’ai l’estomac complètement retourné et une envie de vomir tout le long.
Au final, ça se calme vers 6h-6h30, ce qui me permet de dormir une petite demi-heure jusqu’à ce que la cabine repasse en mode jour.

C’est Elia qui m’a réveillé, et c’est vrai que le trajet à pas mal secoué. J’ai préféré rester un peu dans les vapes entre réveil et dodo pour la calmer, parce que si je me réveillais complètement, je pense que je me serai mis à stresser aussi. 

On nous sert un petit déjeuner à 7h que je ne toucherai bien évidement pas.

Puis le capitaine annonce le début de la descente et la température à Paris : 4°. Ouch, ça pique.
Nous pouvons admirer le lever du soleil grâce à la camera frontal de l’avion, et à 8h20, nous foulons à nouveau le sol français.

Une petite vingtaine de minutes après, nous sommes à la porte et débarquons.

Au revoir bel A380, je ne te regretterai pas après ce trajet là, mais ton confort me manquera quand même un peu.

Surtout depuis qu’on a eu l’occasion de reprendre l’avion sans Premium Eco… 

Nous passons directement par un contrôle de sécurité avant le changement de terminal. Il faut tout ressortir des sacs, et avec 0 sommeil et un transat derrière, ça me gave vraiment. Surtout quand, après avoir bien tout enlevé, l’agent te demande de sortir ceinture, appareil photo et liquide, alors que c’est posé sous ses yeux.

Cette étape passée, nous utilisons Parafe pour passer la Police aux frontières, puis nous cherchons un distributeur pour retirer des espèces. Impossible d’en trouver, tout comme un pauvre stand de vente de café pour m’aider à tenir le choc. Tant pis, on avance vers notre nouvelle porte d’embarquement pour Lyon. L’embarquement commence pratiquement en même temps qu’on arrive, et l’hôtesse appelle les Sky Priority en premier. On s’avance, et je me prends une remarque d’une femme : « les gens, ça sert à rien de vous battre pour monter en premier, on va tous au même endroit hein ». Avec la fatigue, je pense que j’aurais pu être très désagréable avec elle, mais j’ai préféré laisser couler.

On monte dans un bus qui démarre, mais reste à l’arrêt sans aucune raison ni information. Finalement, on nous fait descendre pour remonter vers une passerelle classique, car on change d’avion : le vol que nous devions prendre à un problème technique et donc on nous a affrété un autre vol qui arrivait tout juste de Barcelone.
Finalement nous quitteront Paris avec une heure de retard, mais heureusement Paris-Lyon ce n’est vraiment pas long du tout. En 50 minutes, c’est plié, on est à la maison.

Reste plus qu’à récupérer les bagages… Et évidemment sur les 4 bagages, y en a une qui n’a pas suivi le parcours classique et est parti se balader à Amsterdam. C’est cette même valise dans laquelle on découvrira plus tard un mot de la TSA qui l’a inspecté (surement parce qu’ils ont trouvé louche toute cette quantité de bonbons xD ).

Cette valise nous sera livrée 2 jours plus tard par un coursier, on aura juste eu besoin d’indiquer la perte de la valise à la sortie de l’aéroport 🙂

Retour avec sourire dans notre chez nous, où nous avons retrouvé avec grand plaisir nos chats, et surtout, notre lit douillet pour dormir, et continuer à rêver.

FIN

2 réflexions sur “[Floride] Jour 19 : Last day in USA – Partie 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *