[Floride] Jour 4 : Experimental Prototype Community Of Tomorrow – Partie 2

Faisant suite à l’Italie, nous arrivons au milieu de Showcase, au niveau du plus imposant pavillon (si je puis dire ainsi) : les Etats-Unis.

Alors que nous allions y entrer, nous sommes interpellés par les CM qui accueillent les guests. Ils ont repéré la lanière de pins de Mickaël et nous ont demandé si nous venions de Paris. Comme nous leur répondons par l’affirmative, ils pousseront un soupir envieux en nous disant que notre parc est tellement beau. Ils nous demanderont si on a déjà eu l’occasion d’y aller, ce à quoi nous répondront que nous avons des pass annuels et que nous y allons régulièrement.
L’un des deux avait déjà eu l’occasion de le visiter et était tombé sous son charme, particulièrement sous celui de notre Phantom Manor qui pour lui est la meilleure version au monde (rien que ça !). Depuis, il rêve d’avoir l’occasion d’y retourner, surtout pour découvrir Dreams, qu’il n’a vu qu’en vidéo mais qu’il trouve tellement plus beau et tellement plus magique que ce qu’ils ont en Floride. Je lui ferai part de mon avis sur Wishes que nous avions fraichement découvert la veille, et il me fera remarquer ce qui en soit me perturbe un peu avec Wishes et auxquels je n’avais pas pensé : l’absence des écrans d’eau.
Pendant que moi j’étais en grande discussion avec ce Cast, Mickaël discutait d’un tout autre sujet avec le second CM : Pin trading. Celui-ci était embêté, car un des Pins de Mickaël lui plaisait énormément, mais il n’avait rien sur lui pour le lui échanger (Il bavait presque littéralement sur la lanière de Mickaël).

Après discussion avec Elia, on vient de se rendre compte qu’on a fait exactement la même discussion chacun de notre côté x)
Le CM avec qui j’ai parlé est déjà allé à DLP, il pense également que Phantom Manor est la meilleure version des manoirs notamment grâce à son histoire, et il aime Disney Dreams au point de rêver que ce spectacle arrive un jour en Floride. Comme quoi, notre parc n’est pas autant en ruine que certains aime se persuader :p
En tout cas, le CM a bien bloqué pendant 5 minutes sur ma lanière, forcément, des pins français pour un collectionneur aux US, c’est un miracle. Tout mes pin’s l’intéressait, mais un tout particulièrement plus que les autres : le pin’s attraction de Phantom Manor. Il l’avait déjà vu en vente sur internet, mais export oblige, le pin’s montait facilement dans les 40€ minimum pour les US, il n’avait donc jamais pu se l’acheter.
Malheureusement, il ne pouvait pas faire grand chose d’autre que de les regarder. Puisqu’il était très gentil, j’étais près à lui échanger le pin’s Phantom Manor contre n’importe quoi puisque cela n’était pas une édition limitée chez nous, mais il n’avait même pas un seul pin sur lui, donc cela n’était pas possible.

Au final après ce bon échange, les CM nous souhaiterons de passer une bonne fin d’après-midi à EPCOT, et surtout de bien profiter de notre séjour.

Nous découvrons peu de temps ensuite l’intérieur de ce pavillon à la grandeur américaine. Je le trouve très beau, et j’apprécie particulièrement les tableaux autours.

Comme « Voices of Liberty » ne devrait pas tarder à débuter, nous allons nous asseoir contre un poteau autour du cercle central. Mauvaise idée, un CM viendra nous voir pour nous dire (ainsi qu’aux autres assis à coté de nous) que nous avons eu une très belle idée, mais que si on reste là, nous allons voir les chanteurs de dos.
On se lève, direction la même place, mais en face. En attendant qu’ils arrivent, je regarde un peu mes photos du jour sur l’appareil photo pendant que Mickaël regarde les réseaux sociaux. Mais une fois de plus, on est interpellé par un CM.
Sauf que cette fois, ce n’est pas pour nous déloger. Il s’agit du CM avec lequel Mickaël avait discuté quelques minutes plus tôt qui revenait nous voir… avec des Pins. Il a tellement eu le coup de cœur pour le pin Phantom Manor de Mickaël qu’il est retourné exprès en Backstage chercher des pins personnels pour le lui échanger. Et pas un mais deux, 2 pins Cast Member qui ne sont plus produits et rares à trouver de nos jours. Il s’agit d’un pin Oogie Boogy, car il avait remarqué le badge de Mickaël sur L’étrange Noël de Mr Jack, et un pin de la fontaine de Gaston qui a été distribué au moment de l’ouverture de New Fantasyland uniquement. Mon homme était incrédule tellement il était content, sauf que le CM croyait que l’expression de son visage était synonyme de « non mais t’es fou toi, jamais je ne te donne mon super pins PM pour ça ». Je joue le rôle de la traductrice d’émotion, et c’est sur une belle poignée de main que l’échange est scellé, avec deux heureux à la clé.

En fait, j’étais encore sous le coup de la surprise parce que je ne m’attendais vraiment pas à ce qu’il revienne me voir. Et j’étais doublement surpris par les pin’s qu’il me proposait. Rien que pour le pin de Gaston j’étais près à faire l’échange, mais je voyais que ça le rendait heureux de pouvoir faire un geste avec un pin en cadeau. J’étais donc très heureux d’accepter son offre, ce fût une des plus belles rencontres qu’on aura pu faire pendant ce séjour 🙂

Alors qu’on est encore sur un petit nuage, the Voices of Liberty arrivent enfin, pour notre plus grand plaisir, car nous aurons droit à 15 minutes de chants magnifiques.

Cela est une belle introduction à l’attraction qui va suivre. Nous prenons le chemin d’une grande salle de cinéma, où tout autour se trouve des sculptures magnifiques. Pendant que les guests finissent de s’installer, le CM essaie de faire patienter les premiers arrivés à coups de blagues. Une notamment m’aura faite sourire : « Quel est le restaurant préféré de Peter Pan ? »

Une fois tout le monde installé, la lumière s’éteint, et s’en suivent 20 longues minutes que nous appellerons chaleureusement Mickaël et moi l’instant « Fuck Yeah America »

Je ne m’attarderai pas sur ce que j’en ai pensé hein, je laisse à mon homme le plaisir de vous en parler.

Comment faire un spectacle encore plus patriotique sur l’Amérique qu’un spectacle patriote sur l’Amérique ? En le faisant en Amérique par des américains 😀
Ça résume plutôt bien le spectacle qu’on a pu voir. On sent déjà qu’il est beaucoup plus actuel que ceux des autres pavillons (coucou la France), mais il est aussi tellement… américain. Ça joue sur l’émotion des gens en racontant l’histoire du pays, comment ils ont bataillé dur pour pouvoir créer leur pays à partir de rien après un long voyage. Bataillé contre quoi au fait ? Ah oui, les indiens qui viennent faire la paix mais dont on zappe complètement leur histoire aussi :D. Einstein a été américain uniquement pendant une très courte période, mais c’est suffisant pour l’ajouter à la vidéo des plus grandes célébrités américaines. Martin Luther King en fait également partie, mais bizarrement, on explique pas pourquoi il est célèbre aussi.
Enfin voilà, le spectacle était très beau, ça c’est sur (même si j’ai failli m’endormir de fatigue au milieu), mais c’est du show à l’américaine basé sur l’émotion. Ne vous y trompez pas par contre, on ne l’a pas détesté pour autant. Fuck Yeah America.

Nous passerons rapidement par la boutique à la sortie après avoir bravé la foule, où nous prendrons ce porte-clés à $9.95 HT.

C’est là que nous décidons d’arrêter pour aujourd’hui notre visite de World Showcase. Enfin, pas tout à fait…

Mine de rien, nous étions arrivés à la moitié de Showcase. Et même si nous étions au frais au pavillon américain, les jambes commencent à être un peu fatiguées de marcher.
Nous décidons donc de retourner du coté de Future World, mais en prenant une navette aquatique.
Ça tombe bien, j’avais repéré une zone d’embarquement pas trop loin. On se met en route, mais ne voilà t-il pas qu’en chemin, dans un coin un peu caché du parc, nous tombons sur des personnages de sorties de manière totalement aléatoire et imprévue.
J’avais lu sur le site de Kenny the pirate qu’il arrivait parfois que certaines sessions d’entrainement des personnages se passent à Showcase, et que donc, on puisse parfois voir des personnages non mentionnés sur le programme si on est au bon endroit au bon moment.
Ce fut le cas pour nous puisque nous sommes tombés sur… Terk. Oui, la charmante gorille meilleure amie de Tarzan était de sortie, en compagnie de Bourriquet, Mouche, et de Mickey.
Ce dernier était pris d’assaut, mais pas les 3 autres. J’ai un peu hésité, mais au final, je me suis mise dans la file d’attente pour une photo avec Terk, et j’ai été la dernière à passer avec elle. L’interaction à été géniale, elle m’a fait bouger, imiter un poisson quand elle a vu mon badge, puis imiter un gorille, danser, et m’a fait un énorme câlin bien long après avoir signé mon carnet. Bref, un vrai moment magique comme il ne peut y en avoir qu’à Disney.

A notre retour, je suis repartie sur le site de Kenny the pirate, et j’ai constaté que Terk faisait partie des personnages qui sortaient très rarement. Donc j’ai vraiment eu beaucoup de chance ce jour là.

Pas de photo pour moi, j’ai laissé Elia profiter de l’interaction pour la shooter 🙂

Après cela, nous allons rejoindre le pont d’embarquement sur la navette.

Nous n’attendrons pas longtemps la navette. Le débarquement de ceux à bord prendra même plus de temps que l’attente. Puis nous prenons place pour un trajet nous permettant d’avoir d’autres points de vues sur Showcase, ou d’admirer un peu la faune locale.

Nous débarquons à proximité du Mexique, et décidons d’aller visiter le pavillon avant de repartir vers Future World. Donald est en photolocation dans sa tenue de mexicain, mais je n’ai pas du tout envie de faire la queue à ce moment là.

Je trouve l’extérieur du pavillon très imposant. C’est la première fois que je suis confrontée à un style latino, et j’ai beaucoup appréciée.

L’intérieur est également très beau à mes yeux, et surtout très instructifs, puisqu’il traite entre autre des Mayas, un sujet qui me plaisait énormément dans l’adolescence.

J’ai profité qu’Elia prenne des photos pour apprendre que les habits des Mayas changeaient selon leur caste : types de tissus, longueurs de tissus, vêtement sur une épaule ou l’autre, etc. Avec la combinaison de tout cela, ils pouvaient savoir directement s’ils avaient affaire à un paysan, ou bien un haut placé. C’était plutôt instructif 🙂

Passons vers le fond du pavillon, et là je dois dire que j’ai été bluffée. Je suis restée un moment en admiration devant cette place de marché qui a tant de charme, et le restaurant au fond qui a des faux airs du Blue Lagoon.

Les articles en ventes sont sympathiques, avec multitudes de piñatas, sombreros de toutes les tailles, de la tequila, et comme dans les autres pavillons, on retrouve également un sapin. Il y a également plusieurs articles pour le jour des morts, une tradition mexicaine.

(j’aime ce tee-shirt x)

Et si en face on se retrouve devant un restaurant, en poussant la curiosité un peu plus en avant, on tombe sur une attraction basée sur les 3 Caballeros. C’est un mélange du film et de Small World que j’ai beaucoup aimé, surtout à cause du running gag autour de Donald.

Jamais je n’aurai imaginé qu’il y avait une attraction au fin fond du bâtiment. Et je pense que nous ne sommes pas les seuls vu le nombre de personnes présentes dans la file d’attente (environ 0). Même en passant à côté rapidement, je pensais que c’était une photolocation pour les 3 Caballeros… En tout cas, je me suis bien amusé pendant l’attraction, et je la recommande chaudement, on a beaucoup aimé !

Au sortir, on refait le tour des boutiques pour trouver l’objet que nous achèterons en souvenir. Mickaël en profite pour essayer un sombrero, tout en étant distrait par une animation du jeu d’enquête de Perry l’Ornithorynque qui se déroule dans tout le parc.

J’étais en train de voir un personnage avec un rayon laser se lever en haut du pavillon à plusieurs reprises, c’est qu’après que j’ai compris ce qui s’est passé x)

Nous prendrons comme souvenir ce petit porte clé.

Et cette fois, nous quittons réellement Showcase. Nous y avons passé tout de même 6 heures, sans vraiment nous en rendre compte.

Le pavillon mexicain devient un de mes pavillons préférés aussi. L’intérieur comme l’extérieur sont très beaux, on a vraiment l’impression qu’il fait nuit à l’intérieur. Puis avec l’attraction, le pavillon est incontournable 😀

Nous ferons une halte photo en chemin.

Puis, nous nous dirigerons vers un objet de curiosité gustative pour nous : le Club Cool.

Dans cette boutique sponsorisée par Coca-Cola, on trouve plein de dérivés de la célèbre boisson aux bulles.

Mais on trouve surtout des fontaines permettant de gouter des échantillons de Fanta ainsi que d’autres sodas de différents pays. Ma chère et tendre moitié adore le Fanta qui vient du Burkina (et moi aussi d’ailleurs), alors on espère retrouver un goût s’y rapprochant ici.

Et ben non, on n’a pas retrouvé le gout du Fanta du Burkina. L’expérience aura quand même été amusante. Si certains parfums ont été de vraies bonnes découvertes comme le VegitaBeta du Japon, d’autres ont été une véritable HORREUR, notamment le Beverly de l’Italie qui a le gout du paracétamol effervescent. J’ai pas non plus aimé l’Inca Kola du Pérou, ni la Sparletta du Zimbabwe, ni le Fanta melon de la Thaïlande, et j’ai trouvé que la Kuat du Brésil n’avait pas de goût. Le Fanta ananas de la Grèce est plus ou moins passé.

Mon préféré a été le VegitaBeta aussi. J’ai beaucoup aimé aussi le Fanta Melon, le Bibo de l’Afrique du Sud, et le Sparletta du Zimbabwe. Par contre, comme Elia, le Beverly était juste une horreur. Un goût de medoc qui reste dans la bouche, j’en ai profité pour reprendre du VegitaBeta pour passer le goût. En même temps, je n’aime pas non plus l’eau tonique, mais je ne savais pas que c’était ça avant de goûter :'(

Bon, au moins après ça, on n’a plus soif.  Comme on a du temps avant notre premier FastPass de la journée, nous en profitons pour retourner au niveau du poste de Pin Trading que nous avions repéré rapidement le matin avant d’aller à vitesse grand V à Akershus. On fait un premier tour au niveau des pins en vente où des pins re-tape dans l’œil de mon homme, mais qu’il refuse de prendre à cause du prix. Moi je suis un peu moins convaincue, et pendant que je persiste à baver devant les pins, Mickaël part à l’aventure avec les américains pour échanger quelques pins.

J’en profite ni vue ni connue pour lui prendre les pins qu’il hésite à s’acheter en vue de son anniversaire qui est 2 jours plus tard, puis je vais me balader un peu, avec pour objectif de filmer un des show fontaine (chose que je n’arriverai jamais à faire).

Finalement, je vais m’assoir un peu plus loin, en attendant que mon homme finisse ses affaires. Au bout d’une quinzaine de minute, je le vois me faire de grands signes pour que je me rapproche. Je m’exécute, et là il me présente à un couple de trader qui veut absolument un de ses pins, et donc nous proposent d’en choisir plusieurs. Mickaël veut mon avis, et feuillète leurs classeurs en ma compagnie. J’en vois plusieurs qui me tape dans l’œil, alors il accepte de faire l’échange.

J’avais commencé à regarder plusieurs classeurs qui ne m’intéressaient pas vraiment, puis je suis arrivé à une table avec 3 traders : un homme et un couple. J’ai voulu commencer par l’homme en lui demandant si je pouvais regarder son classeur, il m’avait répondu que oui, mais rapidement car il devait partir. Bizarrement, son attitude pressée à commencée à vite changer quand il a remarqué ma lanière avec des pin’s français. Il s’est mis à baver comme le CM d’avant sur plusieurs de mes pin’s jusqu’à me dire « You’re killing me, that’s hard ! » x)
A ce même moment, le couple d’a côté, surtout l’homme, à remarqué que j’avais deux pin’s Stitch Tower of Terror qu’on ne peut trouver qu’en France. C’était aussi l’objet de convoitises de celui avec lequel j’étais en train de trader, je le voyais donc se ronger les doigts à côtés en attendant son tour.

J’ai finalement appelé Elia pour lui demander son avis sur certains pin’s puisque je sentais que certains pourraient l’intéresser. Je traiderai plusieurs pin’s avec lui contre des éditions limitées US, pas un souci pour lui vu la rareté des pin’s français là bas.
Une fois parti, je suis passé au couple d’a côté où l’homme a enfin pu se lâcher et me dire qu’il m’échangeait ce que je voulais contre mon dernier pin Stitch, l’autre étant déjà parti juste avant. On aura fait de beaux échanges et une belle discussion avec ce couple avec Elia, un autre beau moment de ce séjour 🙂

Voici les pin’s que j’ai réussi à obtenir suite à cette session d’échange :

On reste un moment avec le couple à discuter, avant de les quitter, direction notre première attraction de Future World.

Alors, je vais pousser un cri du cœur : J’ADORE LES POISSONS ! J’en suis gaga ! Je peux rester des heures et des heures devant un aquarium sans me lasser. Donc, je le dis déjà, on a passé ENORMEMENT de temps dans cette zone.

Je confirme, quand elle dit qu’elle aime les poissons, c’est encore très loin de la vérité.

L’attraction en elle même n’est pas la plus éclatante, quoique très chouette, avec la musique tirée du show de Nemo à Animal Kingdom.

Mais alors le post-show de l’attraction, mama ! Quel bonheur pour moi. J’ai tellement aimé voir les raies, les lamantins, voir le petit dauphin, et me balader d’aquarium en aquarium. Je pense qu’on a passé facilement une heure rien que là. On a même pu voir un plongeur qui nourrissait les petits poissons.

Passage obligé par la boutique, où mon chéri trouvera le seul article qu’il achètera sans regarder le prix.

BEST ACHAT EVER ! Aucun regret 😀

Quant à moi, je me contenterai d’acheter un snack par gourmandise.

On en profitera dans la boutique pour échanger quelques billets par des quarters dans une machine qui fait automatiquement et gratuitement le change. On en a donc profité pour faire un petit stock, pour les péages par exemple.

Lorsque nous ressortons, la nuit commence à tomber, et Epcot a révélé une nouvelle facette de sa beauté.

Nous partons, direction la grosse boule futuriste.

Il y a beaucoup de monde pour entrer dans l’attraction, mais la file FastPass elle est vide. On est même un peu perdu, on ne sait pas trop si on peut s’y engager ou pas (je suis toujours un peu gênée dans ces cas là, j’ai l’impression d’être impolie et de passer devant les gens alors qu’il n’y a pas vraiment de raison).

On ne fera pas du tout de queue et on embarquera rapidement dans notre navette pour une visite dans le temps, en français, puisque nous avons le choix.
Que dire de « Spaceship Earth » à part que comme un peu tout à Epcot ce jour là, ça a été une agréable découverte pour nous. J’ai vraiment beaucoup aimé, surtout le moment où on passe sous le ciel étoilé à la fin.
La vidéo de nous dans le futur était également très drôle à voir. Mais je crois que ce que nous avons préféré, c’est la zone après l’attraction, celle où on peut voir d’où venait ceux avec qui ont a fait l’attraction, s’envoyer notre vidéo.

Mais surtout, on a pu faire joujou sur des sortes de bornes d’arcade, et ça c’était juste topissime.

Si sur les tests de capacité intellectuelles je suis légèrement au dessus de Mickaël, au jeu de la conduite, il n’y a pas photo, mon homme est largement plus doué que moi.

On a passé tellement de temps à jouer, qu’on a presque raté l’heure de notre réservation au restaurant. C’est un peu la mort dans l’âme qu’on se décide à partir alors qu’on n’aura même pas tout testé.

J’ai beaucoup aimé l’attraction et cette zone, on s’est bien amusé pendant un bon moment, et c’était même reposant. Maintenant que j’y repense, j’aurai bien aimé pouvoir refaire l’attraction une deuxième fois, mais faute de temps, ça ne sera pas possible.

Direction la zone que nous avions quittée un peu plus tôt, pour manger au « Coral Reef ».

Lorsque nous faisions les repérages de restaurants, j’avais exclu volontairement le Coral Reef de la liste pour la simple et bonne raison que Mickaël n’est pas fan de poisson, et moi, avec mon allergie aux fruits de mers, c’était pas vraiment conseillé.

C’est au point que je peux devenir tout blanc lorsque je sens l’odeur des plateaux de fruits de mer, donc c’est pas vraiment le grand amour pour moi…

Mais mon amour pour les poissons aura fini par avoir raison de moi, et c’est ainsi que je me suis retrouvée à réserver ce restaurant comme notre tout premier restaurant à table dans un parc, hors personnage.
Comme toujours, au moment où nous donnons notre nom de réservation, la CM ne nous retrouve pas, car elle ne doit pas nous comprendre (merci belle-maman d’avoir donné un prénom anglophone à ton fils, ça nous a vraiment été utile). Nous patientons environ 15 minutes avant qu’un CM vienne nous chercher pour nous placer.

Quasiment toutes les réservations se dérouleront de la même manière : on donne le nom de famille, puis ils ne comprennent pas, car trop français, donc on dit « Michael » en anglais et ça passe tout de suite !

Dès que je foule l’intérieur du restaurant, je suis subjuguée par l’immense aquarium qui fait tout le mur. J’en ai littéralement des frissons. Au plafond, les reflets de l’eau font des sortes de vagues, et les lampes représentent des algues (ou des tentacules, je sais pas trop en fait).

Et c’est bouche grande ouverte, comme une gamine, que j’avance en suivant Mickaël et notre CM vers notre table, une petite table pour deux collée à l’aquarium.

Plus haut, j’ai dit que j’adorais les poissons, alors je vous laisse imaginer l’état d’hypnose dans lequel j’étais, et qui amusait mon homme.
Notre serveuse arrivera quelques instants plus tard, et puisqu’il s’agit de notre vrai premier repas service à table sous Dining Plan, elle nous expliquera ce à quoi on a droit et ce qui est en supplément, surtout pour les boissons en fait.
J’ai beaucoup apprécié de trouver une plaquette avec les différentes espèces de poissons qu’on pourrait voir dans l’aquarium.

Je prendrais une lemonade classique, et Mickaël en prend une spéciale sur les conseils de notre serveuse. Toujours suivant son conseil, en plat, Mickaël prendra le New York Strip Steak, et moi un Mahi Mahi, mais sans crevette vu mon allergie.

Les américains sont vraiment très compétents en ce qui concerne les allergies. On nous l’aura demandé quasiment à chaque repas, et la note concernant l’allergie d’Elia la suivra dans son dossier pendant tout le séjour. Ils demandent même les précisions pour savoir si cela peut être cuit sur la même plaque ou pas, ils ne prennent pas ça à la légère.
Pour mon plat, la viande vous aura surement peu étonné puisque je ne suis pas très poisson :p

Pour nous faire patienter, elle reviendra avec du pain et du beurre lorsqu’elle nous ramènera nos boissons.
La lemonade de Mickaël était effectivement très bonne, bien que l’aspect était un peu déconcertant. Je l’ai trouvé un peu trop sucré par contre et j’ai préféré la mienne.

Elle était très bonne, mais vite très sucrée c’est vrai. Mais en la buvant pendant tout le repas, ça passe relativement bien. Puis vu les températures en Floride, les lemonades sont toujours les bienvenues, même dans un restaurant avec la clim !
Par contre, rien à faire avec le beurre, en bon normand j’aurai pas réussi à vraiment apprécier le beurre qu’on nous aura apporté à chaque fois. Pour chaque règle il y a une exception, mais cela sera pour un autre chapitre :p

En attendant nos plats, je regarde inlassablement le défilé de poissons devant nous, et ça n’a pas arrêté pendant tout le repas.

Un réel bonheur pour moi, et ça se voit sur les photos.

Les photos ne mentent pas, elle avait vraiment la bouche ouverte pendant tout le temps du restaurant !

Lorsque nos plats arrivent, ils ont l’air appétissant. Et ça tombe bien, parce que nous avons très faim.

Le plat de Mickaël : la viande était d’une tendresse, je n’ai jamais eu ça ailleurs.

La viande était très bonne, un comble pour un restaurant à poisson ! L’accompagnement était très bon aussi, il ne restera plus rien dans l’assiette à la fin du repas 😀

Mon plat : très copieux, ne pas se fier aux apparences. Très bon, avec cette pointe de lait de coco qui relevait le tout.

En dessert, Je prendrai un « Coconut–Mango Chiffon Cake », juste énorme, et Mickaël prendra un « Chocolate Wave ».

La serveuse me dira que je peux même manger la fleur dans mon assiette, mais j’avoue que sur le moment, je n’avais plus très faim (une excuse parce que j’avais pas confiance ? peut-être).

J’ai fini mon dessert, mais c’était très difficilement. C’est pas que c’était pas bon, au contraire, c’est juste que le chocolat est assez compact. Et après un plat comme le précédent, ça devient vite difficile de manger les portions des plats américains. Mais bon, j’aurai réussi à finir pour une fois :p

Quoiqu’il en soit, ce repas fut très bon, un des meilleurs qu’on a fait pendant ces trois semaines, et un de nos meilleurs souvenirs.

Dehors, la boule d’Epcot est resplendissante, mais nous ne nous attardons pas vraiment, car mine de rien, nous avons passé 1h30 à table et il est déjà 20h30. « IllumiNations » commence dans une petite demi-heure, et il faut réussir à se frayer un chemin vers le lac. Showcase croule sous le monde, et il est compliqué de circuler. Lorsque je vois le monde déjà présent, je suis bien contente d’avoir bloqué notre 3ème FP+ de la journée pour voir le show nocturne.
En effet, la zone FP est nettement moins bondée, et nous trouvons facilement une place offrant une très belle vue. Une petite dizaine de minutes d’attente, et c’est parti, ça commence.

Je vais résumer mon avis d’Illuminations en deux mots : Archi Nullissime ! 1, je n’ai absolument rien compris à la trame. 2, la bande son est plate. 3, franchement, ça n’a rien d’émouvant dans tout ça. Je ne m’attendais pas à grand chose, mais j’étais loin de m’imaginer que ça serait à ce point là.

Ça sera pareil pour moi. Je n’ai pas du tout aimé ce show de tout le séjour. Le seul moment où je l’ai apprécié, c’était depuis le bord du Boardwalk. Sinon, je trouve ça cheap et plat.

Le show terminé, nous décidons de prendre notre temps pour quitter le parc. On traine un peu en route, on admire Epcot de nuit.

Autant être honnête, on était bien dans ce parc, donc on retardait un peu l’échéance malgré la fatigue :p

Nous flânons dans la boutique d’entrée, histoire de laisser la foule quitter le parc un maximum. On en profite également pour nous faire prendre en photo.

On aura bien trainé 40 minutes après la fin d’illumination avant d’arriver au bus. Je pensais que ça aurait suffit pour drainer un maximum de guests. Que nenni. Une fois à l’arrêt de bus, nous ne pourrons monter que dans le 3ème bus. Installés confortablement au fond, nous nous endormirons (enfin, surtout Mickaël) pendant le trajet. Comme à l’accoutumée, le North Depot sera le dernier arrêt du bus.
Nous arriverons dans notre chambre pour 22h15, éreintés. Comme une délivrance, j’enlève mes chaussures, et là, je constate que j’ai bien pris des couleurs déjà, alors que nous n’avons fait que 2 jours de parcs.

Mickaël a aussi pris des couleurs, mais sur le nez xD. Un petit coup de soleil, qu’il avait déjà eu la veille à Magic Kingdom, et qui était revenu.

On fait le débriefe de la journée. Elle a été riche en belles découvertes et pleine d’émotions pour tous les deux. EPCOT a tenu toutes ses promesses de dépaysements et d’enchantement pour nous, le parc s’était même révélé encore mieux qu’on le pensait, alors qu’on n’avait même pas exploré la moitié encore. Nous n’avions qu’une hâte, y retourner.
Mais pour le moment, il était temps de se reposer, et se préparer aux nouvelles aventures qui nous attendaient dès le lendemain.

Laisser un commentaire