[Floride] Jour 5 : Un air de déjà vu – Partie 1

Pour ce 3ème jour de parc, c’est à 6h30 que nous nous levons. En effet, pour cette journée, nous avons décidé d’optimiser au maximum et de faire 3 parcs en une seule journée. Pari de fou ? On verra par la suite si oui ou non nous y sommes arrivés. En attendant, pour mettre toutes les chances de notre côté, nous avons choisi de faire les EMH du matin qui ce jour là ont lieu à « Animal Kingdom ».

Après une heure de préparation, nous quittons la chambre à 7h20, après avoir laissé la traditionnelle enveloppe pour la femme de ménage.

Direction le food court pour chercher nos mugs, valables depuis 2 jours mais que nous n’avons toujours pas été récupéré. C’est l’occasion pour nous de découvrir le POR aux premières lueurs du jour, sous une température douce et agréable.

Pour inaugurer nos mugs, nous prendrons une boisson gazeuse chacun : du Fanta orange pour moi, et du Coca Cherry pour Mickaël. Je remplis mon mug à moitié parce que je n’ai pas confiance en l’étanchéité, Mickaël, lui, remplira parfaitement le sien
Puis nous prenons la route de l’arrêt de bus principal pour une fois, puisque nous sommes plus proche de l’entrée que du North Depot. Le temps que le bus arrive, moi j’aurai l’occasion de finir ma boisson, un peu rapidement je l’avoue. Mickaël prend son temps, et se trouvera un peu embêté quand, une fois dans le bus, il verra qu’il est interdit de boire.
Nous n’attendrons d’ailleurs pas bien longtemps le bus, puisqu’à 7h40 nous serons déjà à bord, en compagnie d’un charmant chauffeur de bus qui pour nous occuper pendant le trajet, nous proposera un Trivial Pursuit Disney. Grâce à lui, nous apprendrons des informations inutiles comme le fait qu’il y a exactement 431 bus Disney qui circulent sur le complexe de WDW, et d’autres plus intéressantes, comme le fait que le Swan et le Dolphin hotel étaient à l’origine inversé.

Et ils le sont toujours 😀 L’explication vient du fait qu’au moment de poser les énormes statues sur les hôtels, les constructeurs se sont trompés entre les deux. Du coup, pour régler le problème, le Swan est devenu le Dolphin, et le Dolphin est devenu le Swan 😀
En tout cas, le chauffeur était bien sympa, il a parlé du départ de l’hôtel jusqu’à l’arrivée au parc. Et quand je dis parlé, c’est vraiment TOUT le temps. Me suis demandé s’il allait pas fatiguer à un moment x)

Nous arrivons à Animal Kingdom à 8h pile.

Mickaël finit sa boisson et range les mugs dans le sac, pendant que moi, je continue à regarder l’entrée du parc avec un peu de perplexité. Des 4 parcs de WDW, Animal Kingdom est celui qui m’attirait le moins, la faute à la zone Afrique que je trouvais un peu clichée. J’espère être étonnée et agréablement surprise, mais comme je le dis souvent depuis le début de ce TR, mon intuition me trompe peu souvent.

Ce n’est pas un parc qui m’attirait spécialement non plus, sauf pour une exception à l’intérieur 🙂

Mais de prime abord, Animal Kingdom est un très beau parc de l’extérieur. Sans même avoir passé les tourniquets, on remarque la verdure, les grands arbres, on se croirait aux portes d’une grande forêt aménagée.

Mickaël se prête une fois de plus à la fouille, et nous entrons, aux sons d’une musique d’ailleurs dans ce parc.

J’essaye de guetter si j’aperçois quelques animaux sur le passage, mais nous ne nous arrêtons pas pour autant. Comme la plupart des autres guests présents, nous avons en tête d’aller directement faire « Expedition Everest », qui est une attraction qui a la réputation d’être souvent en panne ou alors d’avoir des temps d’attentes très élevés.

Nous prenons donc la direction de la zone Asie, non sans apercevoir pour la première fois l’immense arbre symbole du parc. Arbre très impressionnant qui trône fièrement au milieu du parc.

Par la même occasion, nous découvrons que le parc peut également s’appeler Palissadeland, tant il y en a. Gênantes ou pas ? Personnellement, j’ai trouvé qu’il y en avait vraiment beaucoup. En temps normal, je ne m’attarde pas sur ce genre de chose, mais là, j’ai réellement trouvé que ça prenait le pas sur le parc et coupait un peu l’immersion.

Je ne m’attarde généralement pas non plus sur les palissades en temps normal. A Magic Kingdom il y en avait bien pour le château et d’autres endroits, mais je laisse passer en me disant que c’est normal d’avoir de l’entretien, ils ne peuvent pas faire ça que la nuit. Mais franchement, entre les palissades pour la construction d’Avatarland, les palissades pour l’aménagement du lac pour le prochain show nocturne, et les autres petites palissades un peu partout pour la partie Asie, c’est simple, on ne voit plus rien. On ne peut pas voir le lac, et on ne peut même pas voir Expedition Everest de loin tellement c’est bouché.
C’est pas faute de faire des efforts pour ce parc, mais là, ça aide vraiment pas du tout.

Petit exemple avec des photos trouvées sur WDWMagic :

Le trajet jusqu’à Expedition Everest est assez long depuis l’entrée, surtout qu’on n’entend pas de cris au loin. Pour moi, cela n’est pas bon signe, je sens qu’on va arriver devant une attraction pas ouverte.

On finit quand même par apercevoir la fameuse montagne abritant l’impressionnant Yeti.

Mais comme je m’en doutais, l’attraction n’est pas encore ouverte, et les guests font la queue dehors pour pouvoir y entrer dès qu’elle le sera.

Très peu pour nous, nous n’avons pas envie de perdre de temps et poursuivons donc notre chemin jusqu’à « Kilimanjaro Safaris ». J’avais lu les divers conseils qui disaient de privilégier le matin pour le faire. N’ayant pas pris de FP pour cette attraction, c’est un peu cela qui m’a motivé de faire les EMH d’Animal Kingdom.
Il n’y avait pas vraiment de queue, mais nous avons attendu quelques minutes avant de pouvoir monter dans une voiture pour partir à la découverte de ce zoo pas tout à fait comme les autres.

Mon avis sur ce safari va être fidèle à moi-même et donc tout à fait honnête : je me suis ennuyée. C’était sympathique, mais rien de nouveau ni dépaysant pour moi (et ça sera mon gros problème avec Animal Kingdom). Ça aurait pu me donner de l’émotion, une impression d’être à la maison, me rappeler mes origines, mais non, rien à faire. Des éléphants, des lions, des girafes, des crocos, j’ai pas accroché plus que ça.
Je suis contente de l’avoir fait au moins une fois, mais il est clair que sans enfant, je ne perdrai pas de temps à le refaire.

Pour ma part, j’ai bien aimé parce que ça permet de faire une attraction calme et fraiche le matin.

Contrairement à Kilimanjaro Safaris, la planète de Rafiki m’intéressait déjà beaucoup plus, mais malheureusement à notre sortie du safari, l’attraction « Wildlife Express Train » n’était toujours pas ouverte. Nous faisons donc demi-tour vers Expedition Everest, et cette fois, pas de doute possible, nos oreilles nous indiquent que l’attraction est ouverte.

Pas de queue, on n’a même pas le temps d’admirer les décors de l’attraction en détails.

On embarque donc rapidement dans notre train pour l’Himalaya.
Ce que j’appréhendais le plus avec Expedition Everest, c’était le moment où on repart en arrière. J’ai été traumatisé par Indiana Jones à DLP à l’époque où l’attraction tournait à l’envers, et du coup, j’avais peur de revivre ce cauchemar.
Heureusement pour moi, ça n’a absolument rien à voir, et on passe un super moment. Enfin un vrai bon coaster comme je les aime, ni trop long ni trop court, avec un bon final. J’ai adoré.

(Non, Mickaël n’a pas du tout hurlé xD)

J’hurlais pas, je bayais 😀

Evidemment à la sortie, on se retrouve dans une sympathique boutique qui vend tout et n’importe quoi.

On a tellement aimé, qu’on décide de la refaire directement derrière. Cette fois, il y a déjà un peu plus de monde, car entre temps, le parc a ouvert pour tout le monde.

Ça avance moins vite, ce qui me laisse le temps de prendre quelques photos des décors. J’ai vraiment aimé la décoration de l’attraction. Globalement, comme toujours, Disney pousse à fond le moindre détail et c’est toujours un plaisir de découvrir une file d’attente, surtout en Floride.

(Ça passe mieux la seconde fois pour mon chéri :p)

C’était une des attractions que j’attendais le plus, et j’ai pas du tout été déçu. C’est mon attraction coup de cœur de ce voyage, elle vient se positionner directement en première place dans la liste. La théma est super belle, on s’y croirait. Le coaster est rapide sans être trop dur, tout y est pour moi. Maintenant, je fais parti du club de ceux qui veulent l’attraction en France 😀

Toujours autant de plaisir et pleins de sensations pour ce second passage.
Nous ressortons tout sourire, et décidons de nous arrêter quelques secondes devant la grande chute de fin, si impressionnante.

Les temps d’attente de l’attraction ont énormément augmentés pendant ce lapse de temps, et je suis bien contente qu’on se soit levé plus tôt aujourd’hui.

Nous avons une réservation pour le petit-déjeuner à 10h45, et nous avons donc pas mal de temps devant nous à tuer avant de nous présenter au restaurant. Je propose à Mickaël qu’on retourne au niveau de l’arbre de vie pour faire « It’s Tough To Be a Bug ».
On passe devant la zone Dinoland que je trouve mignonne. Elle dénote un peu du souci du détail habituel de Disney, mais moi qui suis attiré par tout ce qui est foire, je trouve ça chouette. Et pourtant, nous ne mettrons même pas un orteil dans cette zone de tout le séjour.

On a pas eu le temps la première fois, et on a pas pu les autres fois. J’aime bien les dinos, mais je trouvais vraiment la zone foire bizarre dans un parc comme celui-ci. Tant pis :p

Alors que nous passons devant l’entrée de la photolocation de Pocahontas, on se rend compte qu’il n’y a pas beaucoup de monde dans la queue, et donc on change nos plans.
Pendant qu’on attend, on s’amuse d’une petite fille qui s’est mise en tête de pourchasser un canard.
On fera au total une trentaine de minutes de queue, mais ça en vaudra bien là peine.

Ne surtout pas se fier à la longueur de la queue au début de la photolocation. C’est en fait une première queue qui est ouverte par intermittence afin de laisser les gens passer jusqu’à la deuxième queue où se trouve réellement la photolocation !

C’est la première fois que je rencontre Pocahontas, et même s’il s’agit d’un personnage que je n’apprécie pas plus que cela, je suis contente parce que je vais avoir sa signature dans mon carnet.

Sa photolocation est joliment décorée, notamment avec un canoë.

Pocahontas m’accueille d’un grand Wingapo, et me demande d’où je viens. On parlera de nature, et d’exploration, et comme pendant ce temps Mickaël prend des photos de nous, lorsqu’il nous rejoint, elle demandera s’il est mon explorateur accompagnant, ajoutant qu’il est toujours important d’avoir un explorateur avec soi pour nous protéger. Ça m’a marqué parce que Pocahontas est quand même censé être (avec Merida et Mulan) l’une des princesses Disney les plus autonomes et n’ayant pas besoin d’un homme pour la protéger. Mais bon, ce n’est qu’un détail.

En tout état de cause, Pocahontas était aussi belle que charmante, et j’ai beaucoup aimé notre rencontre.

Il est 10h20 quand nous quittons la photolocation, et mine de rien, la faim commence à vraiment se faire sentir. Nous prenons donc la direction du « Tusker House », avec de l’avance, mais c’est pas bien grave ça (pour qu’une fois on est en avance :D) .

Nous repassons devant l’arbre de vie pour rejoindre le Tusker House, l’occasion de voir d’un peu plus près ses détails.
Pour le moment, nous avions surtout vu la zone Asie, et n’étions pas vraiment rentrés en Afrique. On avait juste longé la partie Afrique pour passer à Kilimanjaro Safaris, mais sans pouvoir voir quelque chose. Plus on s’en rapproche, plus on entend des sonorités « typiques », et notamment, lorsqu’on arrive sur place, on entend du Magic System. J’ai ri jaune, je l’avoue, mais pourquoi pas, c’est vrai que c’est ce qui s’en rapproche le plus.
La zone ressemble beaucoup à un marché, avec des bâtiments délabrés, une fois de plus, « typique » de l’Afrique. Je regarde tout ça en essayant de rester au maximum objective, en prenant des mini vidéos pour les montrer ensuite à ma sœur et à mon frère pour avoir leurs avis.

(Vous sentez tout mon enthousiasme dans cette photo xD ?)

Nous allons au niveau du podium pour nous enregistrer pour le petit-déjeuner. On nous invite à patienter un peu en avançant vers l’entrée.

Lorsque nous pénétrons à l’intérieur, je dois avouer que la décoration du buffet est très jolie, tout comme celle du restaurant.

Pourquoi avoir réservé le Tusker House ? Outre le fait que ce soit un restaurant personnage, ça a été par simple curiosité gustative. Il avait de bonnes critiques, et j’avais bien envie de gouter un peu à tout. C’est également une des raisons pour lesquelles j’avais choisi un horaire si tardif (entre autre, puisque faire un coaster après avoir mangé ne me réussit pas), afin de pouvoir gouter le buffet du matin et (un peu) celui du midi.

Le Tusker House offre une rencontre avec Mickey, Donald, Daisy et Dingo. L’interaction pour les enfants est sympathique, puisqu’il est possible de faire une ronde avec les personnages.

J’ai pu ajouter à l’issue de ce repas 4 signatures à mon carnet (même si celle de Mickey ressemble plus à un gribouillage qu’autre chose), et avoir une nouvelle collection de photos de persos dans une tenue inédite.

Au niveau du repas en lui même, c’était correct mais sans plus ; fidèles à nous même, nous avons commandé en boisson chaude du thé et du café, sauf que comme je ne suis pas douée, j’ai mis mon thé à infuser dans la cafetière. Mickaël a donc eu droit à un café aromatisé au thé.

Ci-dessus, un Mickaël sauvage quelques minutes avant le drame.

On a en plus reçu le jus « tropical » qu’ils offrent. Personnellement je n’ai pas du tout aimé, je ne l’ai d’ailleurs pratiquement pas bu. Le buffet du petit-déjeuner est fourni, on trouve beaucoup de sucré et de salé, notamment du jambon à la découpe. Et malgré le fait que le service de midi commençait à 11h, il a continué à être approvisionné régulièrement jusqu’à 11h45.

Voici mes 2 assiettes, comme toujours, une salée et une sucrée.

Les pâtisseries étaient très bonnes. Coté salé, je n’ai pas adhéré au pain, j’ai trouvé le riz un peu sec, et la crêpe était pas très bonne (je sais pas ce qu’il y avait comme garniture, mais je sais que je ne l’ai pas terminé).

Au niveau du buffet du midi, il y avait également beaucoup de choix, dont un plat que je connais très bien puisque je le fais souvent et que c’est un plat de base en Afrique. Il est fait à base de pâte d’arachide.

Je n‘ai pas pris grand chose, j’ai juste gouté à quelques petites choses. J’estimais que n’ayant pas payé le prix du buffet du midi, je n’avais pas à me servir dedans.

J’ai trouvé le plat à base d’arachide immonde ! Franchement, j’ai juste pris une bouchée, et j’ai reposé directement ma fourchette. Je n’ai pas non plus aimé les macaronis aux fromage. C’était la première fois que j’en goutais, j’ai trouvé ça vraiment bizarre. Le riz était bon mais sans plus, et l’espèce de sauce jaune avait un gout tirant vers le sucré, je n’ai pas réussi à savoir ce que c’était (je pensais que c’était du curry au départ). Heureusement, il y avait des bananes plantains (dont on raffole Mickaël et moi) pour relever le tout. Finalement, j’ai été contente d’avoir réservé sur le buffet du matin, parce que ça aurait été une méga déception pour moi sinon. Bon après, je n’ai pas tout goûté, donc je suis juste peut être tombée sur les plats qu’il fallait pas.

Vu le bilan plutôt mitigé, je trouve l’addition un peu salé. Ce n’est pas un restaurant que je referais avec mes enfants.

Même bilan pour moi. Le petit déjeuner était pas trop mauvais, mais ça restait dans la lignée de ce qu’on a pu faire dans les autres restos. Pour les plats du midi, j’ai goûté les mêmes trucs qu’Elia, et j’affirme qu’elle fait largement mieux le mafé que le truc qu’on a pu avoir ! Donc bilan mitigé pour moi, on était dans une petite pièce fermée au fin fond du restaurant loin du buffet en plus, donc pas vraiment ce qui se fait de mieux.

Quoi qu’il en soit, on ressort de là rassasiés, pour continuer notre journée. Dehors, le soleil tape fort, et je constate qu’il y a une caisse pleine de glace posée dehors avec des boissons dedans. Je me demande comment ils font pour gérer la fonte. Mickaël en profite pour s’attarder devant des pins (encore et toujours, on ne changera pas mon homme :p). Il achètera un pins Expedition Everest, en souvenir.

J’arriverai également à obtenir 2 pin’s Disney Villains en LE, donc content Mickaël !

Puis, on repère un photographe où il n’y a pas trop de monde. Instant cocasse, car à cause du soleil, on a nos lunettes de soleil. Sauf que je déteste les lunettes de soleil sur les photos. Le temps que je m’en rende compte, la photographe avait déjà commencé à prendre les photos. Donc sur la première photo, on me voit entrain d’enlever mes lunettes

Nos pas nous ramènent devant l’attraction que nous projetions de faire un peu plus tôt, mais finalement une fois de plus, c’est une photolocation qui attirera notre attention. En effet, Dug et Russel sont présents, et comme c’est pas courant de rencontrer un chien qui parle, nous décidons d’aller nous rendre visite. Mais forcément, au moment où nous entrons dans la file, ils décident d’aller prendre une pause.
La CM nous rassure en disant qu’ils seront de retour dans un quart d’heure, donc nous attendons patiemment, en jouant avec les décors.

Ce collier est interactif et traduit les aboiements qu’on fait en phrase pour nous répondre.

Les personnages sont bien de retour au bout de quinze minutes, et on arrive à les rencontrer, une rencontre chaleureuse et très amusante, avec Dug qui fera le pitre.

Bon, il serait peut-être temps d’aller enfin la découvrir « It’s Tough To Be a Bug ».

Direction l’attraction des 1001 pattes. Ça tombe bien, l’entrée est juste à côté, et on ne peut pas la rater, car un CM en fait la promo.
C’est une petite attraction sympathique en 3D basée sur le Pixar « 1001 Pattes ». Elle bouge, et est un peu impressionnante pour les enfants.

Ca fait vraiment bizarre comme attraction tellement on se sent petit à l’intérieur, mais c’était un bon moment, on a bien rigolé.

Mais le grand avantage qu’elle présente, c’est qu’elle permet de s’approcher de l’arbre de vie.
J’aime beaucoup les sculptures sur l’arbre. Ça a dû demander beaucoup de travail, mais le rendu est superbe.

Nous choisissons de faire quelques photos PhotoPass.

Après cela, nous décidons qu’il est temps de quitter Animal Kingdom. Il fait très chaud, et vu le réveil matinal, la fatigue commence déjà à se faire sentir, ainsi que l’envie de changement.

Le temps de marcher jusqu’à l’arrêt de bus, et nous voici déjà en route pour rejoindre notre resort. Malgré notre but du jour, nous décidons de trainer un peu et de profiter de notre hôtel pour nous reposer en attendant que les heures les plus chaudes de la journée passent.

Il est 14h lorsqu’on arrive, et avant de retourner à notre chambre, nous passons à la boutique pour récupérer nos achats réalisés à Magic Kingdom 2 jours auparavant. L’occasion pour nous de découvrir la boutique, qui je dois l’avouer, est très joliment décorée. J’aime beaucoup la présence des neveux de Mickey, et Dingo qui bouge sur son échelle.

Mickaël en profite également pour s’amuser.

On en profite également pour découvrir plus en détail le lobby. Au final, je ne le trouve pas si mal, il est petit mais luxueux quand même avec son lustre au plafond. La présence de fauteuils le rend chaleureux. On y trouve également l’entrée du bar qui est dans un esprit très cosy.

En fait, le POR est un magnifique resort de l’extérieur, il n’y a rien à dire. La thématisation est une fois de plus poussée au maximum pour rappeler les lieux d’inspiration.

La piscine principale a l’air top, il y a de la musique qui est diffusée, et un grand toboggan, mais est bien trop bruyante à mon goût.

Et le parcours jusqu’à notre chambre est également très beau.

Rien à dire sur le resort, c’est très beau et reposant. Mais les chambres, y’a pas moyen…

De retour dans notre chambre, j’ai l’agréable surprise de découvrir que la clim a été réparée pendant notre absence, et donc désormais, on peut enfin arrêter la clim. Nous nous posons un bon moment, en zappant sur la télé pour découvrir les chaines américaines (et leurs pubs surtout).

J’ai trouvé la TV américaine un peu horrible pour ses programmes : pour un épisode d’une série, y’a une coupure pub environ toutes les 5 minutes sans prévenir. Donc c’est un peu compliqué de suivre quelque chose dans ces conditions. Après, j’avais surtout envie de voir les pubs, donc c’était pas si dérangeant que ça 😀

Ensuite, nous décidons d’aller piquer une tête dans la quiet pool, qui est censé être pas trop loin de notre chambre, mais en fait un petit peu quand même.
Il fait chaud, très chaud, même si le ciel commence à se couvrir, on a hâte de se rafraichir. Ouais… et ben, douche froide, dans tous les sens du terme. L’eau était excessivement fraiche. Je suis restée une dizaine de minutes avant d’aller me mettre sur un transat. Mickaël a été plus persévérant que moi, mais me rejoindra quelques minutes plus tard.

Toujours le même problème des piscines d’hôtel Disney, la température de l’eau… La piscine était à moitié recouverte par l’ombre des bâtiments, donc ça aidait pas vraiment à la chauffer non plus.
En tout cas, on profitera du moment pour localiser l’emplacement des machines à laver, la salle est juste à côté de la piscine.

A 15h30 nous retournons dans la chambre pour prendre une bonne douche chaude, vider le sac des mugs, et se préparer pour notre second parc. Mais avant de rejoindre l’arrêt de bus, nous faisons un détour rapide par le food court parce qu’une petite faim se fait sentir. Je ne trouve rien qui me tente réellement. Nous poursuivons donc à la conciergerie, car j’ai plusieurs questions à poser.

Nous tombons sur une charmante CM qui sera très gentille. Je lui explique que le lendemain nous avons une réservation de très bonne heure à Chef Mickey et que j’aimerais savoir si un bus pour MK sera déjà disponible. Elle nous conseille de plutôt opter pour un taxi pour moins de stress. On lui demande également s’il est possible d’imprimer un formulaire que la DCL nous avait envoyé et que nous devions présenter au moment de l’embarquement, ce qu’elle acceptera de faire sans soucis. Au Art of Animation, on nous avait simplement renvoyés en nous disant d’aller sur le pc public pour imprimer parce qu’ils « avaient aucun moyen pour imprimer nos documents »… Et dernière chose, je lui demande un badge Happy Birthday pour Mickaël qui fêtera ses 25 ans le lendemain. Elle en profitera pour nous remettre des badges First Visit en même temps, puisqu’on ne les avait jamais réclamés. Normal puisqu’on a nos propres badges personnalisés 😀

Une fois tout cela fait, nous partons tout frais pour l’arrêt de bus, direction les Studios, où nous arriverons pour 16h, sous un ciel plus que menaçant, mais souligné d’un double arc-en-ciel.

DOUBLE RAINBOW, ALL THE WAY, OH MY GOD, OH MY GOD, OH MY GOD !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *