[Floride] Jour 5 : Un air de déjà vu – Partie 2

Lorsque qu’on approche d’Hollywood Studios, la chose qu’on remarque rapidement à travers la fenêtre du bus c’est leur version de la Hollywood Tower of Terror.

Ne m’étant jamais réellement penchée sur son design, c’est un peu étonnée que je découvre sa couleur et sa structure. Et comme nous en avons une également à Paris, la comparaison se fait instantanément. De loin, je ne suis pas spécialement charmée par cette Tower of Terror, et le fait que lorsqu’on se rapproche de l’entrée du parc on ne la distingue plus du tout, que se soit d’un point de vue visuel ou sonore, me dérange un peu. Comme je l’ai dit dans l’introduction, la ToT est l’attraction que je déteste le plus au monde (du moins, à ce moment là, ça l’était encore). Mon seul et unique passage dans celle de Paris s’était soldé par une crise d’asthme puisque je n’étais pas préparée à l’attraction. Un ami avait trouvé que c’était une brillante idée de me faire croire que c’était une attraction du même type que Pirates des Caraïbes pour me convaincre de la faire. Il en ri encore aujourd’hui, tandis que moi j’ai vécu un des pires moments de ma vie ce jour là. Bref.
Partant de ce constat, vous vous doutez bien que je n’avais pas l’intention de mettre un pied dans cette attraction en Floride. Et pourtant, pour ce 06 novembre, en réservant nos FP+, j’avais décidé d’en prendre quand même pour la ToT. Alors l’avons nous fait ou pas ? Ça sera la surprise ;).

En attendant, je reprends le cours de mon histoire où je l’avais laissé, donc aux abords du parc, devant ce double arc-en ciel. Nous arrivons aux Studios aux coups de 16h30. Pour ce parc dans lequel on s’attend à un air de déjà-vu puisqu’on a également des studios à Paris, nous n’avons pas d’attentes particulières.

Pour ma part, j’en avais quand même quelques unes pour certaines attractions 🙂

Nous commencerons par poser devant les versions jardins des sœurs d’Arendelle.

Puis, direction l’entrée, sous un ciel toujours aussi menaçant.

Je fais partie des personnes qui ont été déçue lorsque WDW a décidé d’enlever le grand chapeau de Mickey Sorcerer. J’aurais vraiment aimé le voir et en prendre une photo, car je le trouvais sublime. En échange, nous avons eu droit à une vue dégagée sur « The Great Movie Ride ».

J’aurai bien aimé voir le chapeau aussi, je le trouvais beau :'(

Il y a un peu de monde, mais rien d’insupportable. J’aime beaucoup la thématisation du parc, sa grande allée principale. Lorsqu’on arrive, à prime abord, on a l’impression qu’il est petit, mais en fait, ce parc s’avère être immense.
Pour cette première découverte des studios, j’ai choisi de miser sur une de mes attractions favorites à Paris. Et donc, c’est plutôt excités que nous prenons la direction de « Star Tours ».

YEAH, Star Tours !!! 😀

Même si je ne suis pas une très grande fan de Star Wars, j’ai vraiment hâte de découvrir la version floridienne, surtout qu’elle a été mise à jour, et qu’il existe plusieurs parcours.
Nous utilisons notre premier FP de la journée, et nous engouffrons dans une file longue mais plutôt déserte. La file d’attente, de ce qu’on voit, n’est pas très différente de celle que nous connaissons déjà outre-Atlantique, mais elle reste toujours poussée. A Paris, je trouve que c’est l’une des plus belles files d’attente du parc. En Floride également, elle est très réussie, même si je ne prendrai pas vraiment de temps pour la prendre en photo.

Une petite attente devant la cabine, et nous embarquons dans notre vaisseau spatial, direction l’espace.
Que dire de ce Star Tours ? Aussi étonnant que cela puisse paraître, après ce premier ride, mon avis est plutôt mitigé. Je ne suis pas déçue, mais je ne suis pas pleinement satisfaite non plus. Je n’ai pas eu d’effet Whaou, mais rien à dire, avoir des images en HD, ça fait réellement plaisir.

Les images HD et la 3D sont réellement des gros plus. Alors si en plus on peut avoir des histoires différentes de d’habitude, ça devient vraiment génial ! Alors un peu comme Elia, ma réserve sera surtout sur l’histoire qu’on aura eu pour ce ride. C’était sympa, mais on sentait qu’il y avait moyen de faire beaucoup mieux.
Dans tous les cas, cette attraction devient instantanément une de mes attractions préférées du parc !

A la sortie, évidement, il y a une IMMENSE boutique Star Wars, et ce d’autant plus qu’on est en plein dans l’effervescence pré-sortie de l’opus VII. Ça doit être un supplice pour les fans de Star Wars cette boutique, tant elle regorge de goodies et articles de collection.

Mickaël regardera brièvement les articles, puis nous ressortirons. Nous avons du temps, et moi j’ai surtout un creux bien présent au ventre. On repère un kart de vente de glace, et je décide de me prendre une Mickey bar. Je demande à Mickaël s’il veut quelque chose, ce à quoi il me répondra non. J’insiste, en lui disant qu’on ne mangera pas avant au mieux 3h, mais il restera stoïque, ce qui a le don de m’agacer (j’ai toujours la désagréable impression de m’empiffrer et que lui ne mange rien et ça me dérange). C’est donc un petit peu énervée que je lâche l’affaire et me met en quête d’un petit coin où m’asseoir pour goûter ce tout nouveau snack.

Je croque dans l’oreille de notre souris préférée, et là, la fraicheur de la glace me redonne rapidement le sourire. J’en passe un bout à mon homme (non parce qu’il a rien mangé depuis 11h30, il est 17h, et j’ai moyennement envie qu’il me fasse une crise d’hypoglycémie entre temps quand même).

En fait, je n’avais vraiment pas faim ce jour là. Le petit-déjeuner avait été copieux, et le fait de manger des gros repas tous les jours commençait déjà à se faire ressentir (et oui, on ne mangeait pratiquement pas les midis aussi). Au final, j’aurai pas eu faim jusqu’au repas du soir.

La Mickey bar est bonne, mais qu’est ce que ça fond vite. On préfère tous les deux l’Ice Cream Sandwich qu’on trouve plus savoureux.

Après cette pause, nous nous rendons de l’autre côté du parc, car le créneau horaire de notre second FP vient de s’ouvrir. Il s’agit d’une attraction qui est très prisée à Hollywood Studios, avec des temps d’attentes de fou, et pour laquelle avoir un FP peut se rapprocher du graal. Je veux bien évidemment parler de « Toy Story Mania ». Vous allez dire que je radote ou que j’affabule (au choix), mais j’avais l’intuition que ça serait une attraction que je n’aimerais pas, et cela bien avant même d’avoir réservé nos FP. Donc je l’avoue, c’est un peu en trainant le pas et en râlant un peu. On finit quand même par arriver devant la fameuse attraction qui est si exceptionnelle qu’on ne peut que l’aimer (j’exagère à peine, tous les commentaires que j’ai lus reviennent à cette conclusion).

On a un FP, mais je pâlis littéralement lorsque je constate que la file FP est énorme à l’extérieur. Une part de moi veut croire qu’on s’est trompé et qu’en fait il s’agit d’une file single rider et que la file FP est cachée. Que nenni. Un guest aussi interrogatif que nous a demandé à un CM qui était devant s’il s’agissait bien de la file FP et a reçu une réponse affirmative, suivi d’une approximation du temps d’attente de 30 minutes. L’attraction était en panne et avait rouvert un peu plus tôt, ce qui expliquait cette queue d’après lui. Mais 30 minutes ? En FP ? Pour une attraction que j’aime, qui est nouvelle, que j’ai envie de faire, j’y vais les yeux fermés, mais pour une attraction qui est dans une catégorie que je n’affectionne pas, la pilule a plus de mal à passer.
Comme on a une plage horaire d’une heure et qu’on en est juste au début, on décide de laisser passer un peu de temps pour écouler la file, et d’aller un peu plus loin découvrir l’attraction « One Man’s Dream ».

A l’entrée de l’attraction se trouve un photographe, et nous en profitons pour nous faire prendre en photo.

One Man’s Dream est une attraction très instructive puisqu’elle raconte l’histoire de Walt Disney depuis son tout premier cartoon, jusqu’à la création des parcs. On peut également y voir les maquettes des différents parcs (ou plutôt de leur symbole), avoir des explications sur le fonctionnement des animatronics, et lire des anecdotes sympathiques. C’est une très belle attraction, surtout pour les fans Disney, car elle permet de se rendre compte de l’ampleur du travail fournie par les Imagineers pour perpétuer l’esprit toujours créatif et vif de Walt. Mine de rien, on y aura passé une bonne demi-heure, et encore, on a zappé la partie preview du Pixar qui devait sortir peu de temps après : The Good Dinosaur.

C’est l’heure du moment patriotique : notre château, c’est l’plus beau ! 😀

Lorsqu’on ressort, la nuit est tombée, et le parc est paré de belles lumières.

Après une halte rapide devant un photographe pas doué du tout (il fera une photo de nous où on ne nous verra pratiquement pas), nous entrons dans la file FP de Toy Story Mania.

Je pensais que la file aurait été moins longue : du tout. Nous ferrons entre 20 et 30 minutes de queue, avant de pouvoir découvrir l’attraction.

Vous commencez à me connaître maintenant, et donc ça sera sans grande surprise que je vous apprendrai que j’ai pas du tout aimé Toy Story Mania. Pire même, j’ai détesté. Je n’avais qu’une hâte à mi parcours : que l’attraction finisse le plus vite possible.
Je ne suis à l’origine, pas fan du tout de l’attraction « Buzz l’Eclair Bataille Laser » à Paris, et le fait de rajouter de la 3D et des mini-jeux, n’a rien changé du tout pour moi : c’est tout aussi énervant et frustrant pour moi parce que je suis une très mauvaise viseuse, et surtout une très mauvaise perdante aux jeux. Donc les jeux de tirs, c’est vraiment le truc que je ne supporte pas, et honnêtement, si j’ai fait Toy Story Mania, c’est juste pour mon homme, parce que lui, ça l’éclate ce genre de jeu.

A la sortie, le score reflète facilement ce que je viens de dire. A gauche mon score, à droite celui de Mickaël.

T’en fait pas ma chérie, t’aura l’occasion de te rattraper 😀
En tout cas, vous noterez qu’elle aura été plus précise que moi qui ai bourriné la corde, donc en soi, elle est première sur ce point là !

Il nous reste alors un FP pour aller affronter la Tour de la Terreur. Vous l’aurez compris, je suis agacée et je n’ai franchement ni l’envie, ni le courage, de prendre sur moi pour faire encore une attraction que je n’apprécierai certainement pas. J’interroge mon homme, qui n’a pas du tout envie de la faire non plus.

En fait, j’ai fais la ToT deux fois dans ma vie, et j’en suis encore à me demander pourquoi j’ai accepté de la faire une deuxième fois. Je suis quelqu’un qui a très vite le vertige, et je ne me sens pas du tout à l’aise dans cette attraction, même si cela se passe dans le noir.
Si vous connaissez l’attraction « Toy Soldiers Parachute Drop » à DLP, dites-vous que même dans cette attraction je suis complètement crispé. Alors je vous laisse imaginer dans la Tour de la Terreur…
Aucun regret pour moi de pas l’avoir faite, mais énormément de pas avoir trouvé la boutique pour aller y faire un tour, tant pis.

D’un commun accord, nous décidons d’arrêter là l’exploration d’Hollywood Studios. Et c’est sur cet arrière goût d’amertume pour moi que nous prenons la direction de la sortie après ce court passage de 3 heures, non sans faire quelques photos en route.

On sera arrêté juste avant la sortie par un CM pour une enquête pour avoir notre ressenti sur notre expérience du parc. Nous la remplirons avec plaisir dans un lieu caché de la foule, avant de prendre la direction de la navette fluviale pour rejoindre notre 3ème parc du jour, non sans admirer la ToT sous son habit de nuit.

En parlant de navette fluviale, vous vous êtes bien douté que notre 3ème parc du jour était EPCOT. Et oui, après y avoir passé une journée complète la veille, nous avons choisi de terminer cette journée ci également dans ce beau parc, à World Showcase.

Après s’être arrêté aux hôtels de la zone Boardwalk, la navette nous dépose à 19h30 à l’entrée du parc coté World Showcase. Cette petite balade sur le lac aura été bien reposante puisque nous avons eu la chance de pouvoir être assis pendant tout le trajet.

Notre passage à Epcot sera toutefois assez bref, puisque nous venons pour y diner à 19h50 et prenons donc directement, sans nous arrêter, la direction du Japon.
Ah le Japon, le pays de nos rêves ! Après WDW, c’était notre grand objectif (et ça l’est toujours). Nous avons tous les deux grandis dans les animes japonais et les mangas, bercés par la culture nipponne, et en tant que grand fan, bien évidemment, ce pavillon était celui que nous attendions le plus. Et il était juste impossible d’y aller sans faire une halte par le restaurant « Teppan Edo » qui faisait l’objet d’une envie non dissimulée de mon cher et tendre.

C’était le pavillon que j’attendais le plus dans tout Epcot. On n’y avait pas été la veille par fatigue, et on savait que l’on allait revenir, mais il a su se faire désirer 😀
Elia ayant eu la possibilité d’avoir des restaurants avec princesses, j’ai également eu le droit d’imposer ce restaurant dans la liste des must-do sans concessions, mais entre nous, c’était loin d’être une contrainte pour elle 😀

C’est donc de nuit que nous découvrons pour la première fois cette zone au style japonais, et nous somme charmés.

La porte shinto est grande et imposante, offrant une vue centrée du globe d’EPCOT.

Pendant que je shoote, Mickaël va nous enregistrer pour notre réservation, où on lui remet un bipper. On se balade un peu aux alentours, et alors que nous allions franchir le pas de la boutique, réputée pour être une attraction en elle-même, notre bipper se met à sonner. Ça ne sera malheureusement pas cette fois qu’on découvrira les produits nippons en vente à EPCOT.

Direction le Teppan Edo.

Nous rejoignons une famille de 5 ainsi qu’un autre couple, et nous sommes accompagnés à table par une charmante hôtesse en kimono. J’adore.

Nous sommes sur le coin extérieur, faisant face à l’autre couple qui n’a pas l’air très commode. Moi, je suis installée à côté du père de la famille qui complète notre table.

Et moi je suis tout au bout sur le côté 😀

La CM qui s’occupera de notre table viendra peu de temps après nous donner les menus.

Mon choix se portera sur un filet mignon accompagné d’un Fanta orange et Mickäel prendra un « Nihonbashi » accompagné d’un Coca. Comme la CM nous demandera si on n’a pas d’allergie particulière, je spécifierai que je suis allergique aux fruits de mer. Ça me vaudra la visite du manager du restaurant afin de savoir si ça posait un problème si des crevettes étaient cuites à côtés ou pas. Pas de soucis pour moi, mais le couple en face, qui présente aussi une allergie, est plus ferme et plus exigent. Ça ne rigole pas vraiment de leur côté.

La CM reviendra rapidement avec les boissons, ainsi qu’un bol de riz et des baguettes pour nous faire patienter jusqu’à l’arrivée de notre chef. Elle utilisera un élastique pour attacher les baguettes des enfants de la table, et vu qu’apparemment nous étions tous des grands enfants à cette table (sauf le couple en face, encore et toujours), nous lui demanderons d’attacher les nôtres aussi.

(Vous la sentez l’impatience de mon homme là xD ?)

Le temps qu’arrive le cuisinier, j’entame la discussion avec mon voisin de table, et c’est de bon cœur que nous ferons connaissances. Il sera envieux quand je lui dirai qu’on vient de France, et il me dira qu’ils rentraient tout juste d’une croisière de 4 jours sur le Disney Dream. Quelle coïncidence ! Je lui dirais que justement, dans 3 jours nous allions faire exactement la même croisière, et là, je vous le donne en mille. Nous avons parlé de la croisière pendant tout le repas xD. Ça a été un super moment que j’ai vraiment apprécié. Lui et sa femme étaient très gentils, et leurs enfants super bien élevés et super calmes. J’ai été bien contente qu’on soit placés à coté d’eux et pas à coté du couple qui a tiré la gueule pendant tout le repas. On va faire simple : ils ont pas adressé la parole à qui que ce soit du repas :p

Notre chef une fois arrivé, nous avons eu droit au show culinaire bien connu désormais du restaurant. Même si on l’a trouvé un peu moins enthousiaste que le chef de la table d’à coté, il n’en reste pas moins qu’il nous a fait le grand classique de la cheminée, ainsi qu’une tête de Mickey.

C’est vrai que le cuisinier de la table voisine avait l’air super fun ! Mais c’était quand même très bien avec notre chef aussi 😀

Mais le plus important reste quand même ce qu’on a en goût en bouche. Et ça a dépassé mes espérances. Tout était super bon, même les légumes. Moi qui ne suis pas fan des légumes cuits d’ordinaire, j’ai tout mangé. Un vrai régal. Chacune des sauces étaient très bonnes.

Et à la fin, il nous restait une toute petite place pour un dessert, alors j’ai pris un cheesecake au thé vert et Mickaël a pris la glace au thé vert également.

Le gout est un peu surprenant la première fois, mais c’est super bon.

L’addition est correcte pour un restaurant de WDW. Ça restera un de nos meilleurs souvenirs culinaires.

Il passe directement dans mes restaurants Must-Do. Si on doit retourner à WDW un jour, je retournerai à ce restaurant sans aucune hésitation. Comme Elia, je ne suis pas fan des légumes cuits, mais tout est extrêmement bon dans ce restaurant. Puis même le cadre, c’est super beau et il y a une bonne ambiance.

Nous saluons nos camarades de table et leur souhaitons une bonne fin de séjour puisqu’ils leurs restaient 2 jours après avoir fait une semaine au Contemporary, une croisière de 4 jours, et encore une semaine au Boardwalk (décidément, même la configuration de leur séjour ressemblait au notre), puis nous décidons de quitter le parc. Je repartirai avec un petit cadeau de la part d’une des serveuses.

Il est 21h15, nous aurions pu trainer en route, mais je n’avais absolument aucune envie de me retrouver mêlée une fois de plus à la foule après IllumiNations (joué à 22h ce jour là), surtout que le parc était encore plus chargé que la veille puisque le marathon du Food & Wine avait lieu le lendemain.

Le temps de traverser tout le parc, et nous voilà à 22h dans un bus désert pour le POR où nous arrivons à 22h20.

La journée aura été sportive, mais pas si fatigante que ça au final. Après avoir été dans 3 parcs différents et avoir fait un retour à l’hôtel, je pensais qu’on aurait été plus fatigués que ça. Nous ne tarderons quand même pas à aller nous coucher, car le lendemain, le réveil sera tout autant matinal, mais pour la bonne cause.

Une TRÈS bonne cause même 😀

Bilan de la journée (Fitbit) :

  • Elia : 25 820 pas (17,48 km)
  • Mickaël : 20 980 pas (14,46 km)

Laisser un commentaire