[Floride] Jour 6 : Une journée un peu spéciale ! – Partie 2

On arrive au resort pour 16h15. Le temps d’aller décharger le sac à dos, de récupérer les papiers nécessaires pour récupérer la location de voiture, et pour Mickaël de checker sa boite mail et son Facebook, que nous voici déjà dehors pour repartir vers Alamo. On prend notre temps, on traverse le resort pour rejoindre l’entrée. Là, un CM verra le badge de Mickaël et lui chantera joyeux anniversaire avant de lui remettre des autocollants Mickey.

La navette, prévue pour 16h35 arrivera à 16h45, mais cela ne nous gène pas. Un petit quart d’heure plus tard, nous voici pour la troisième fois du séjour à Alamo Disney Car Care. La récupération de la voiture se passe rapidement et presque sans soucis si ce n’est l’éternel problème d’autorisation de CB.

Cette fois ci nous auront droit à une…

Chevrolet rouge. Tout en ayant toujours réservé pour une Volkswagen Jetta… En la voyant, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à mon beau-frère qui travaille dans les assurances et nous avait expliqué que les voitures rouges étaient celles qui étaient les plus chères à assurer. Il n’empêche, avoir une voiture rouge, c’est bien pratique pour se repérer sur le parking 😉 .
On monte à bord, et Mickaël est tout content de retrouver un volant, même s’il est un peu perturbé, nouvelle voiture oblige.

Franchement, cette voiture m’a pas laissé beaucoup de souvenirs. Je me souviens même plus de l’intérieur en fait… Mais ça restait une voiture un poil mieux que la Jetta.

A 17h30, on est de retour à l’hôtel, et garé à proximité de notre chambre (youpi !). Ouf, on peut se poser. On a 3h de libre devant nous avant notre diner pour finir la journée en apothéose.

On va donc s’affaler sur notre lit dans la chambre, au frais, au calme, et on savoure. 3h de libre j’ai dit ? Oui… et non en fait. C’est le bon moment pour offrir ses autres cadeaux à Mickaël, pas ceux qui viennent de moi, ceux qui viennent de personnes qui ont quand même voulu marqué le coup. Bon, à la fin je lui donne quand même d’autres cadeaux venant de moi, mais c’était pas les plus important à ce moment là.

Je m’installe sur le second lit en face de lui, et lui tend, un par un chacun des cadeaux.

Coucou Sevrynn, j’ai bien reçu le cadeau, encore merci 😀

Et le dernier cadeau, il s’agit d’une balade en calèche dans notre Resort, au coucher du soleil, au moment où les premières lumières s’allument. Et je l’avais réservé pour 18h. Le timing, sans même le vouloir, était donc parfait.

Direction donc le bâtiment principal, où nous attendait déjà notre calèche et notre chauffeur du jour, un CM très galant qui me prendra la main pour m’aider à monter dans la calèche. Il nous proposera de nous prendre en photo pour immortaliser cet instant.

Puis c’est parti, en route pour la balade, bercé par les trots de notre cheval.

Ça a été une balade relaxante et très belle, où on a juste profité, et on a pu découvrir notre resort. Bon, c’est sûr que pour nous qui n’aimons pas être sous les projecteurs, c’était un peu raté, mais franchement, c’est un moindre mal pour l’expérience que ça a été. 20 minutes de pure détente avec mon chéri.

Ca fait surtout bizarre quand tu vois que tout le monde te regarde sur le passage en fait. Et bizarrement, les femmes s’arrêtent avec un grand sourire et les hommes regardent, mais uniquement du coin de l’œil :p
Un bon moment détente en tout cas !

A la fin, je prends une photo de notre gentil chauffeur à qui je laisse un bon pourboire, et nous retournons dans la chambre.

Il me reste un dernier cadeau pour Mickaël, le plus beau cadeau de la journée pour moi, mais je suis embêtée, car si on ne veut pas rater notre FP pour Pirates, il faut qu’on parte maintenant. Et bien vous savez quoi ? Pile à ce moment, j’ai reçu un mail nous informant que Pirates était fermé et donc que notre FP était à nouveau disponible pour n’importe quelle attraction à n’importe quel moment.

Comme quoi on ne devait pas faire cette attraction là ce jour précis. Plus de quoi stresser, je peux même me permettre de passer au food court acheter un cookie ENORME qu’on partagera.

On retourne tranquillement dans notre chambre, je dégaine la petite enveloppe, pour offrir à mon homme son ultime cadeau, celui qui m’aura valu plein de sueurs froides les quelques jours avant notre départ pour la Floride.

C’est une belle vidéo où je ne m’attendais pas à voir certaines personnes, donc j’ai beaucoup aimé ce moment.

Puis, je lui offre son véritable dernier cadeau, accompagnée d’une carte faite maison.

Mon ancien portefeuille datait de la 5eme en fait… Donc niveau état et design, c’était plus vraiment ça. Là, j’ai enfin un vrai portefeuille où je peux mettre tout ce que je veux, c’est cool :p

La boucle est bouclée, je tombe littéralement de fatigue. J’avoue être épuisée et ne pas vraiment avoir envie de ressortir. On est bien là, sur le lit moelleux, au frais.

Oui mais non, il faut se préparer, et il faut bien s’habiller en plus, parce que nous allons terminer la journée là où nous l’avons commencée : au Contemporary Resort.

Après un court repos d’une demie heure, on se fait tout beau, Mickaël a mis une chemise et moi une autre robe. J’ai essayé de faire quelque chose de décent de mes cheveux (mais avec l’humidité de la Floride, ce n’était pas gagné), et à 20h30, on prend la route.
Ah, quel bonheur de ne plus avoir à dépendre du bus et prévoir d’être à l’arrêt hyper en avance.

En un quart d’heure on est au Contemporary, parké et garé. On part s’enregistrer, et à 20h55 exactement, nous faisons notre check-in. Je gère bien aujourd’hui dit donc, même là nous ne serons pas en retard.

Nous prenons le fameux ascenseur pour monter au tout dernier étage où se trouve le restaurant. Il s’ouvre sur le mur rempli de vin, bien connu du « California Grill ».

Ma première impression quand on sort de l’ascenseur : Dieu que c’est bruyant et Dieu qu’il fait froid !
Une CM nous accueille et nous informe que notre table sera bientôt prête. En attendant, elle nous invite à aller sur la terrasse pour admirer la vue.

Ah ben ça oui, Il n’y a rien à dire, la vue est très très belle, elle laisse même sans voix.

Lorsque la CM vient nous chercher dix minutes plus tard, j’espère au fond de moi qu’elle nous placera près d’une fenêtre. J’avais prévu de faire la demande au moment de l’enregistrement, mais j’étais tellement fatiguée que je n’ai pas eu la force de m’exprimer.

Pas de chance, nous sommes non seulement loin des fenêtres, mais en plus pas du tout dans la direction de Magic Kingdom. Moi, j’ai une belle vue sur le globe d’Epcot au loin, Mickaël lui, a une vue sur les cuisines. Ce que je redoutais le plus arrivera donc : il va falloir sortir pour regarder Wishes sur la terrasse, et ça, ça ne m’enchante VRAIMENT pas !

Perso, en re-rentrant dans le resto je trouvais qu’on était limite mieux dehors sur le balcon tellement c’était bruyant…

Cela dit, nous avons une table pour 4 rien que pour nous, donc beaucoup d’espace, et la table a été « décorée » pour l’anniversaire de Mickaël.

Le restaurant en lui même est assez joli.

Mais il n’y a rien à faire, je suis vraiment indisposée par le bruit.

Notre serveuse arrive et nous présente la carte. On la regarde un long moment, et on se tâte même pour la carte des vins, mais mon dieu que c’est cher ! Sérieusement, on a même vu une bouteille à $7000 !

Bref, pour l’alcool et la coupe de champagne, ça sera pour une autre fois. On repose la carte, et en attendant le retour de la serveuse, on joue avec ce qu’il se trouve sur la table, notamment la bougie LED. Sauf que je la ferai tomber sur la table, et elle se mettra à bipper avant de passer au rouge. Fou-rire assuré.

Attention : ceci était surement le passage le plus drôle pour nous de ce restaurant.

Notre serveuse revient enfin, et après un petit temps de réflexion, je décide de prendre un Wagyu Beef Strip Loin, et Mickaël un Bison Strip Loin (steak de bison). En boisson, nous prendrons tous les deux un cocktail à la fraise, qui avait la texture d’un smoothie et qui était très bon.

Pour nous faire patienter jusqu’à l’arrivée des plats, on nous apportera un assortiment de pain avec du beurre.

Moi pour patienter, je continue à faire bipper la bougie comme un autiste.

Ce n’était pas mauvais, mais pas exceptionnel pour autant.
Je suis tellement HS, que lorsque la serveuse nous a ramené le pain, je lui ai répondu tout naturellement « Merci » au lieu de « Thank you ». Gros moment de solitude pour moi.
Et comme je suis fatiguée, le bruit m’agace encore plus qu’il ne devrait, et donc la magie n’arrive pas à opérer. Mais je fais tout pour garder le sourire un maximum, je ne veux pas ternir cette belle journée.

Nos plats ne mettront pas beaucoup de temps à arriver.

On commence à manger, je goute ma viande. Elle est très bonne, assaisonnée comme il faut. Par contre la garniture, bof bof, je suis pas fan des légumes cuits, et le California Grill ne parvient pas à réaliser le miracle du Teppan Edo la veille.
Pour Mickaël c’est tout l’inverse. La garniture était très bonne, par contre la viande n’avait vraiment rien d’exceptionnelle pour être à $50.

Nous n’avons pas le temps de manger la moitié du repas qu’on nous annonce que Wishes va commencer. Bon, j’ai choisi ce restaurant là ce jour là pour clore en beauté la journée par le feu d’artifice vue du California Grill, donc, même si ça ne me réjouit pas, nous partons sur la terrasse pour le voir.

Et là ! Horreur pour moi. Je vous ai dit que la seule chose que j’appréciais dans Wishes c’était que c’était un beau feu d’artifice avec en fond le château… Et ben ça, ça ne marche pas DU TOUT vu du California Grill. Forcément, on est pas dans le même champ de vision, donc on voit le décalage et pour moi, le charme opère encore moins. Pour tout dire, pendant que je regardais Wishes, j’étais plus passionnée par les éclairs dans le ciel que par le feu en lui même.

Je suis tellement déçue, que je sens les larmes pointées parce que j’ai l’impression d’avoir fait une grave erreur en programmant le California pour ce soir là. Je regrette amèrement de ne pas avoir choisi le Teppan Edo plutôt, j’ai l’impression d’avoir tout gâché.

Et quand on retourne à table ce sentiment ne fait que s’accentuer, forcément puisque les plats sont FROIDS ! C’est justement pour ça que je ne voulais pas à avoir à aller sur la terrasse.
Je crois que j’aurais fondu en larme si on n’avait pas trouvé à notre retour une petite enveloppe à la place de Mickaël.

On termine quand même nos plats, et la serveuse vient prendre les desserts. Je prendrai un Sundae Sampler, et Mickaël une Buttercotch Crème Brûlée.
Honnêtement, à ce moment je suis tellement déçue de la soirée, que j’ai limite peur pour le dessert.

Mais heureusement, HEUREUSEMENT, le dessert rattrapera un peu le tout. Comme je dis souvent, que serait un anniversaire sans gâteau ? Comme clou de la journée, je voulais un gâteau, mais un beau. Donc je me suis renseignée et j’ai discuté avec le chef du restaurant pendant plusieurs mois pour qu’il puisse me façonner un gâteau rien que pour les beaux yeux de mon homme, sur le thème de Facilier. Et il a répondu à toutes mes attentes, et même plus, parce qu’avant que nos desserts n’arrivent, le gâteau de Mickael lui a été amené, et sans chants (alléluia !).

Et le gâteau était aussi beau que bon !

Le gâteau était super beau et tellement bon, je crois qu’on l’a dévoré sur place. Ca me faisait un peu de mal d’avoir à le découper, mais c’était pour la bonne cause.

Et franchement, heureusement (oui je me répète) que j’avais commandé le gâteau parce que nos desserts ne nous ont pas plus convaincu que nos plats.

le mien, trop sucré

la crème brulée de monsieur, ni bonne ni mauvaise.

Passons outre la méga gaffe que la serveuse à failli faire en donnant la note directement à Mickaël (alors qu’elle savait parfaitement que le gâteau était pas payé et que donc il verrait le prix), quand j’ai vu la note finale, le repas m’est resté sur l’estomac.

J’ai trouvé que ça ne valait pas du tout son prix. On n’a peut-être pas pris les bons plats, on est peut-être tombé sur un mauvais jour, mais je pense que ce qu’on paie surtout dans ce restaurant, c’est la vue sur Magic Kingdom. Alors quand en plus tu es placé si loin que tu ne peux pas en profiter, ben, ça passe encore plus mal.

A l’époque, je pense que j’aurai craché sur le restaurant, mais maintenant je me demande limite si c’est pas un bon souvenir. Le repas était plus que limite, surtout pour son prix, on était positionnés au fond du restaurant, donc on ne voyait rien, et en plus c’était super bruyant. Franchement, pour moi, ça ne vaut pas le prix mis là dedans.
Après, ça reste un bon souvenir parce qu’on y repense maintenant en rigolant bien sur la catastrophe que ça a été : les plats, la bougie rouge bipper (que j’aurai bien aimé ramené avec moi, je retourne toutes celles que je vois en France maintenant, mais c’est pas pareil), le contraste avec tout le reste de la journée. Ça me fait bien rire maintenant, et au final, c’est bien le principal.
Donc je dis non pour le restaurant, mais un gros oui pour le moment avec le recul.

Je laisserai quand même 15% de pourboires soit $45, puisque le gâteau a été parfaitement exécuté et le service a été plutôt efficace. Nous quittons ensuite assez rapidement le restaurant, sans regret, pour rejoindre notre voiture, puis notre hôtel et notre chambre, au terme d’une journée magnifique même si elle s’est terminée un peu en demi-teinte. On en a pris plein les yeux, et je pense que Mickaël a été très content, ce qui est bien le principal.

On se couche à 23h30, pour une nuit de sommeil bien mérité, jusqu’à pas d’heure puisque demain, on a aucune réservation, donc aucun impératif !

Bilan de la journée : a écrit:

  • Elia : 20 057 pas, 13,58 km
  • Mickaël : 17 810 pas, 12,27 km

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.